Amnesty: "Aujourd'hui, Mandela se serait retrouvé à Guantanamo"

Philippe Hensmans a pointé pour la RTBF ce qui n’allait pas mieux ou empirait, dans le monde et en Belgique.

Dans le monde...

  • En Russie. "Il y a des retours en arrière. L’affaire Greenpeace n’est sans doute qu’une pointe de l’iceberg. Il est clair qu’il y a un renforcement du pouvoir russe, qui n’a pas hésité à édicter de nouvelles lois qui interdisent les manifestations, qui mettent de solides limites à la liberté d’expression…"
  • La question du terrorisme. "Elle est utilisée à tire-larigot et à n’importe quelle sauce pour justifier la répression de gens qui sont des opposants. Aujourd’hui tout opposant est qualifié de terroriste ou à peu près. Aujourd’hui il est à peu près sûr que quelqu’un comme Mandela se serait retrouvé à Guantanamo. J’exagère mais à peine. C’est de plus en plus difficile d’être un opposant".
  • La surveillance. "Dans notre société de contrôle absolu, avec Prism, au nom de la lutte contre le terrorisme, on est en train de contrôler tout le monde. Le danger est dans notre vie de tous les jours. Cela demande de la part des citoyens une pression sur nos élus, en disant 'nous, on n’est pas d’accord avec ce genre de chose'"
  • La pauvreté. "C’est une violation des droits économiques, sociaux et culturels. Les plus riches se referment de plus en plus sur eux. Même si le centre de gravité se déplace parfois. Le Qatar, qui va organiser une Coupe du monde de football, est en train d’utiliser des esclaves des Philippines, du Népal et d’ailleurs pour construire à bas coûts et dans des conditions inouies les stades. On est dans un drôle de monde qui est peut-être plus qu’avant à deux niveaux, avec des pauvres plus bas et plus nombreux."

En Belgique...

  • Les prisons. "On a une situation catastrophique dans les prisons. Or ce qui montre qu’on est une vraie démocratie c’est la capacité à traiter humainement même les gens qui sont punis. Or là on en est très loin. Les Nations Unies disent que ça s’assimile à des traitements inhumains et dégradants".
  • La lutte contre le viol. "7 à 11 femmes ou fillettes portent plainte tous les jours et seulement 4% des plaintes font l’objet de poursuites judiciaires".
  • Les migrants. "Je trouve absolument étonnant qu’on se félicite que le nombre de reconnaissance de statuts de demandeurs d’asile soit en diminution. Ce n’est pas à l’honneur d’une démocratie. Surtout quand on sait le prix que paient les gens, qui est de se noyer en Méditerranée souvent. Et c’est d’un égoïsme forcené car quand on voit les statistiques, ce sont des pays comme l’Afghanistan, le Pakistan qui accueillent 'toute la misère du monde'".
  • Terrorisme. "J’ai très peur de la notion d’incitation directe au terrorisme qui est dans la loi belge. Elle n’a pas encore été utilisée. Mais elle est dangereuse, il faut y faire très attention".

Julie Calleeuw

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK