Amiante: témoignage accablant d'un chimiste contre Eternit

Un chimiste avait, à l'époque, mis au point un produit pouvant remplacer l'amiante. Eternit n'en a pas voulu.
Un chimiste avait, à l'époque, mis au point un produit pouvant remplacer l'amiante. Eternit n'en a pas voulu. - © GIUSEPPE CACACE - AFP

Nous avons recueilli un témoignage accablant d'un chimiste qui avait, à l'époque, mis au point un produit pouvant remplacer l'amiante. Contrairement à ce que l’entreprise affirme, Eternit n'aurait pas tout fait pour utiliser les produits de substitution à l'amiante. Pire, elle les aurait sciemment laissé de côté.

Un chimiste que nous avons rencontré avait mis au point un produit qui pouvait remplacer l'amiante. L'amiante au centre de deux jugements retentissants rendus ces dernières semaine en Belgique et en Italie. Jugements qui établissent clairement la responsabilité fautive de l'entreprise belge Eternit et du holding Eternit et d'un de ses dirigeants,dans la contamination, les maladies et les décès de travailleurs et de riverains. Mais tout cela aurait peut-être pu être évité.

Antoine Delsemme était chimiste aux usines Fabelta Tubize, en faillite, sauf la section plastique où il travaillait, reprise par une société américaine. Avec deux autres chercheurs et avec l'idée de relancer la division textile à l'arrêt, ils mettent au point en 1984 une résine de fibre synthétique susceptible de remplacer rapidement et facilement l'amiante dans le fibro-ciment. Elle est testée à Tubize sur une ligne de production redémarrée pour la circonstance et puis dans les installations d'Eternit : "C'était vraiment un essai à échelle industrielle, tout à fait concluant de l'aveu même de la direction d'Eternit", explique-t-il.

L'innovation entraînait de grands espoirs, tant pour les problèmes de santé causés par l'amiante, que ces ingénieurs connaissaient, que pour la relance de Fabelta Textile : "D'une part Eternit devait trouver une solution à long terme pour son problème ; d'un autre côté, nous, on voyait une fabrication supplémentaire à apporter dans le site, c'était une opportunité que normalement, ils devaient saisir. Il y avait 5 lignes de production qui étaient en parfait état de marche, prêtes à redémarrer tout de suite, facilement 5-600 personnes".

L'affaire  doit se conclure lors d'une réunion chez Eternit en 1984, mais les choses ne se passent pas comme espéré : "Eternit, ils nous ont remerciés des efforts consentis et puis dans la foulée, nous ont dit, écoutez, maintenant, nous savons que nous avons une solution de rechange, mais nous ne la mettrons pas en oeuvre tant que la loi ne nous interdira pas d'utiliser de l'amiante. Alors bon, nous avons été tout à fait abasourdis, douchés froidement y compris notre Américain et lui-même aussi, n'en revenait pas".

L'espoir pour fabelta textile s'éteint. Et c'est 13 ans plus tard qu'Eternit abandonnera l'amiante.

Marc Molitor

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK