Amiante: Eternit sur le banc des accusés

Le logo de la société Eternit, productrice de ciment-amiante
Le logo de la société Eternit, productrice de ciment-amiante - © Herwig Vergult (Archive Belga)

Ce lundi matin s'ouvre à Bruxelles le premier procès belge contre l'amiante intenté par une victime environnementale, une victime qui ne travaillait pas dans l'entreprise. Sur le banc des accusés: Eternit. Une société qui, jusqu'en 1997, fabriquait du ciment d'amiante.

L'auteure de l'action en justice, c'est Françoise Jonckeere, épouse d'un travailleur d'Eternit mort en 87 du cancer de l'amiante et elle-même décédée depuis lors du même cancer, comme deux de ses cinq fils.

Mais tout d'abord, qu'est-ce donc que l'amiante ? C'est cette fibre utilisée dans la production de ciment à partir des années 50 et qui avait des propriétés isolantes.

Traumatisé par l'incendie de l'Innovation en 67, l'Etat belge incitera même le secteur de la construction à utiliser de l'amiante pour ses propriétés ignifuges.

Deux sociétés était mondialement renommées pour la transformation d'amiante : Saint Gobain en France et le belgo suisse Eternit.

C'est Eternit et ses deux usines de Kapelle-op-den-Bos qui se retrouvent ce lundi sur le banc des accusés suite à l'action de Françoise Jonckeere.

En 99, cette mère au foyer apprend qu'elle souffre du cancer de l'amiante, comme son mari décédé 12 ans plus tôt. Elle refuse alors, l'indemnisation proposée par Eternit ; un système privé d'indemnisation qui explique pourquoi peu de travailleurs avaient porté plainte contre la société jusqu'ici.

Eric Jonckeere, le fils de Françoise, aujourd'hui décédée explique que sa maman refusait d'accepter ce système. "Elle voulait que ça se sache, que les dangers de l'amiante soient mis au grand jour et que l'omerta puisse enfin être brisée". 

Car Eternit n'a arrêté la production d'amiante-ciment qu'en 97, alors que dans les années 60 déjà, des études scientifiques mettaient en garde contre l'amiante.

Ce procès, c'est donc celui d'une famille au trois quart décimée par l'amiante contre une entreprise qui a toujours prétendu tout ignorer des dangers que présentaient tueur silencieux, l'amiante.

Odile Leherte
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK