Alzheimer: un traitement électromagnétique pour permettre aux malades de récupérer de la mémoire?

Le Dr Aren­dash et ses collègues affirment que le MemorEM a "inversé" un an de déclin de mémoire.
2 images
Le Dr Aren­dash et ses collègues affirment que le MemorEM a "inversé" un an de déclin de mémoire. - © Waltraud Grubitzsch - BELGAIMAGE

Les recherches pour lutter contre la maladie d’Alzheimer semblent porter leurs fruits. Des chercheurs américains affirment avoir mis au point un traitement permettant aux patients atteints de cette maladie de récupérer de la mémoire. C’est en tout cas ce que l’on peut lire sur le site Eurekalert, géré par l’association américaine pour l’avancement des sciences (l’AAAS qui publie la prestigieuse revue Science), dont l’information est déjà reprise par plusieurs sites.

Cette nouvelle technologie, basée sur des ondes électromagnétiques, a été mise au point par NeuroEM Therapeutics, un institut de recherche situé dans l’Arizona. Déjà testée avec succès sur des souris, elle a été testée à présent sur huit patients volontaires (de 63 ans et +) légèrement ou modérément affectés par la maladie d’Alzheimer. Non seulement aucun d’entre eux n’a eu d’effets secondaires mais sept sur huit ont aussi vu "leurs performances cognitives" améliorées de manière relativement importantes.

Une réduction de l’oubli après deux mois de traitement seulement

La méthode, peu contraignante, a consisté pour les patients à porter pendant deux mois un casque (le MemorEM qui ressemble à un bonnet de bain) contenant des électrodes émettant des ondes électromagnétiques à raison de deux fois par jour pendant une heure. Le traitement s’est déroulé, à chaque fois, au domicile de ces volontaires leur permettant "une mobilité presque complète pour effectuer presque toutes les activités domestiques".

Le Dr Gary Arendash, le patron de NeuroEM Therapeutics, affirme que ces ondes électromagnétiques ont permis d’affecter directement le processus de la maladie d’Alzheimer en s’attaquant aux deux protéines (A-beta et tau) souvent considérées comme les grandes responsables de cette maladie.

"Je suis revenu!"

"Nous avons été particulièrement surpris par le fait que cette amélioration très significative de l’ADAS-cog s’est maintenue même deux semaines après la fin du traitement", a déclaré le Dr Arendash. "L’explication la plus probable d’un bénéfice continu après l’arrêt du traitement est que le processus même de la maladie d’Alzheimer était affecté."

Dans certaines tâches, une réduction de 50% de l’oubli aurait même été constatée. Dans tous les cas, le Dr Aren­dash et ses collègues affirment que le MemorEM a "inversé" un an de déclin de mémoire.

Un patient se serait même exclamé : "Je suis revenu !".

Une avancée importante

Si ces résultats se confirment, c’est une grande avancée pour toutes ces personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer. Chez nous, cela concerne plus de 200.000 Belges.

Une avancée d’autant plus importante que ces dernières années, les recherches contre la maladie d’Alzheimer ont surtout permis de développer des molécules capables de freiner la progression de la maladie. Aucune n’avait encore réussi à mettre au point une thérapie pour inverser la perte de mémoire liée à la maladie.

Tous les résultats sur ces essais cliniques et ceux encore en cours sont disponibles sur le site de NeuroEM.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK