Alzheimer : les chutes pourraient être un indice des premiers stades de la maladie

Un résident marche avec l'aide d'une soignante, le 4 novembre 2010 au Mans, à "La Souvenance", maison d'accueil de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer
Un résident marche avec l'aide d'une soignante, le 4 novembre 2010 au Mans, à "La Souvenance", maison d'accueil de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer - © Jean-Francois Monier

Les chutes sont plus courantes chez les personnes qui présentent les premiers signes biologiques de la maladie d'Alzheimer, selon une étude présentée ce dimanche à Paris à l'occasion de la Conférence internationale de l'Association Alzheimer.

"A notre connaissance, c'est la première étude à identifier le risque accru de chutes lié au diagnostic préclinique de la maladie d'Alzheimer", a affirmé sa responsable, le Dr Susan Stark, maître de conférences en ergothérapie et neurologie à la Washington University à Saint Louis aux Etats-Unis.

Cette étude sur huit mois a suivi 125 adultes âgés, dépourvus de troubles cognitifs, actuellement recrutés dans des études longitudinales de la mémoire et du vieillissement à l'Alzheimer's Disease Research Center de la Washington University.

Tous les participants se sont soumis notamment à un examen d'imagerie cérébrale, la TEP ou Pet Scan (Tomographie par Emission de Positrons) avec le marqueur PiB, une molécule fluorescente qui permet de visualiser la présence de plaques amyloïdes associées à l’Alzheimer.

Les chercheurs ont trouvé qu'une image avec PiB positive signifiait un risque de chute 2,7 fois supérieur pour chaque unité d'augmentation sur le cliché.

"Les résultats de cette étude illustrent le fait que, chez certaines personnes, les changements qui affectent la marche et l'équilibre peuvent survenir avant la détérioration des fonctions cognitives", a déclaré le Dr Maria Carrillo, directrice principale des relations médicales et scientifiques de l'Alzheimer's Association.

"Selon cette étude, la chute d'un adulte âgé qui n'est pas par ailleurs prédisposé à tomber, pourrait être un facteur déclencheur d'une évaluation de diagnostic de la maladie d'Alzheimer", a ajouté le Dr Carrillo, citée dans un communiqué de l'AAIC.

Selon les chercheurs, le résultat "concorde avec des études antérieures sur les problèmes de mobilité chez les personnes présentant des symptômes précoces de la maladie d'Alzheimer ou des troubles légers de la cognition".


AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK