Alphonse Balat, l'architecte des serres de Laeken

RTBF
RTBF - © RTBF

Les serres de Laeken vont ouvrir leurs portes au public dès vendredi prochain. Et comme chaque année des milliers de visiteurs se presseront aux porte du palais pour découvrir ou redécouvrir des fabuleuses collections de plantes et de fleurs mais également de fleuron de l'architecture. On connaît bien les serres mais on sait puet-être moins que l'architecte qui en est l'auteur est le Belge Alphonse Balat. Un architecte sans doute un peu oublié

Quand on visite les serres de Laeken, c'est évidemment pour leurs fabuleuses collections de fleurs et de plantes mais c'est aussi pour pour l'endroit lui-même, pour cet incroyable édifice de fer et de verre voulu par Léopold II et réalisé par un l'architecte Alphonse Balat.

Alphonse Balat est sorti des Beaux-Arts en 1840 avec le 1er Prix, C'était un élément brillant mais il était hyper-classique. Il a démarré sa carrière en travaillant pour la noblesse et la grande bourgeoisie en aménageant ou réaménageant une série de châteaux aux quatre coins de la Wallonie. C'est ainsi que, peu à peu, il s'est imposé comme l'architecte de la noblesse.
Léopold II suivait sa carrière de près déjà avant le début de son règne. Et en 1865, quand Léopold II monta sur son trône, il nomme Balat "architecte du Roi". Très vite, Balat devient l'homme de confiance du Roi et ce pendant près de trente. Le Roi lui a confié de nombreux projets pour la ville de Bruxelles mais également pour ses résidences. C'est Alphonse Balat qui a par exemple donné au Palais de Bruxelles sa physionomie actuelle. Et c'est à lui que Léopold II a confié son grand projet de faire construire des serres. Les plantes exotiques étaient à la mode et surtout Léopold II était très ambitieux et voulait être le premier à s'offrir un palais de fer et de verre. Les serres royales de Laeken constituent encore aujourd'hui l'une des merveilles architecturales de notre pays et préfigurent déjà l'Art Nouveau. Il faut dire que pendant la construction, dans les années 1880, Alphonse Balat avait un jeune élève qui n'était autre que Victor Horta.