Alost: le carnaval sera "très spécial" en raison de la menace de niveau 3

L’édition 2015 est un peu particulière après les attentats de Paris et la menace terroriste rehaussée en Belgique. D'ailleurs la ville d'Alost prévoit des mesures de sécurité particulières.

Les participants au carnaval d'Alost n'ont pas l'habitude de faire dans la dentelle. Pendant le cortège on peut rire de tout et de tout le monde. Certains groupes aiment d'ailleurs s'attaquer aux sujets les plus délicats avec plus ou moins de succès ou de mauvais goût... comme ce groupe qui, en 2013 avait associé la N-VA aux nazis déportant des francophones. Le bourgmestre N-VA de la ville avait ri jaune. Mais c'est le principe de ce carnaval.

2 images
En 2013 la N-VA avait été associés aux nazis déportant des francophones © Archive JONAS ROOSENS - BELGA

Cette année, cependant, le bourgmestre Christophe D'Haese admet que l'édition est particulière : "C'est effectivement une édition très spéciale. C'est très différent en raison d'une menace de niveau trois. En tant qu'organisateur on doit en tenir compte le plus possible. Nous prenons des mesures particulières. Mais je dois préciser que cela reste une grand-messe de la liberté d'expression. Il n'y aura aucune forme de censure".

Le carnaval ne fait l'objet d'aucune menace spécifique. Mais la ville reste en contact avec l'OCAM pour évaluer le risque. Et le bourgmestre à tout de même voulu lancer un appel à la raison à certains carnavalistes qui voudraient s'inspirer de l'actualité récente autour des attentats de Paris : "J'ai donné un conseil de bon père de famille. Mais on fait ce qu'on en veut. Je ne voudrais tout de même pas qu'on cherche explicitement à toucher au vivre ensemble ou à attiser la haine. Il y a suffisamment de sujets dont on peut se moquer dans la politique nationale ou locale".

La présence policière sera renforcée comme dans tous les rassemblements de foule. Et, au gilet pare-balles qui lui a été recommandé, le bourgmestre d'Alost préfèrera un autre costume.

A.L. avec B. Hupin

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK