Allemagne: les quantités d'œufs contaminés importés bien pires qu'annoncé

Plus de 28 millions d'oeufs potentiellement contaminés au fipronil ont été importés en Allemagne, soit près du triple de ce qui avait été annoncé jusqu'ici par le gouvernement
Plus de 28 millions d'oeufs potentiellement contaminés au fipronil ont été importés en Allemagne, soit près du triple de ce qui avait été annoncé jusqu'ici par le gouvernement - © JOHN THYS

Plus de 28 millions d’œufs potentiellement contaminés au fipronil ont été importés en Allemagne, soit près du triple de ce qui avait été annoncé jusqu'ici par le gouvernement, affirme ce mercredi le journal régional Neue Osnabrücker Zeitung (NOZ).

Ce chiffre de 28,1 millions d’œufs potentiellement contaminés ne concerne que l'Etat régional allemand de Basse-Saxe alors que le gouvernement fédéral avait jusqu'ici assuré que jusqu'à 10,7 millions d’œufs sans doute contaminés avaient été importés des Pays-Bas dans toute l'Allemagne, selon la même source.

Le quotidien régional affirme s'appuyer sur des données du ministère régional de l'Agriculture de Basse-Saxe, compilées à partir du système d'alerte de l'Union européenne.

"Tous les lots ont été rappelés", a assuré le ministère régional au journal.

Contacté par l'AFP, ce ministère n'avait pas immédiatement réagi.

17 millions d'œufs à la destination inconnue

Par ailleurs, selon la même source, quelque 17 millions d’œufs également concernés par ce scandale ont quitté la région sans que ne soit communiquée leur destination exacte.

Le ministre régional de l'Agriculture, Christian Mayer, a évoqué "un chiffre terrifiant".

L'ampleur du scandale est apparue au grand jour début août aux Pays-Bas avant de se propager en Allemagne, Suisse et en Suède.

Des œufs contaminés ont été signalés dans 17 pays européens au total.

Le fipronil est un insecticide courant utilisé pour les animaux de compagnie contre les poux, les tiques et les acariens. Son utilisation est interdite sur les animaux destinés à la chaîne alimentaire dans l'Union européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK