Alda Greoli: "L'annulation du Festival du Film d'Amour n'est pas due à la Communauté française"

La 34e édition n'aura donc pas lieu.
La 34e édition n'aura donc pas lieu. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Comme annoncé mardi, il n'y aura pas de Festival du Film d'Amour (FIFA) à Mons en février 2018 comme c'est pourtant le cas depuis plus de 30 ans. Pour Alda Greoli (cdH), ministre de la Culture, cette annulation n'est en aucun cas due à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

"En ce qui me concerne et d'après mes informations, le festival devait avoir lieu. Je n'étais pas au courant qu'il était annulé." Bien que les subsides avaient été suspendus par la ministre mi-décembre, un nouvel accord avait été passé afin qu'ils soient finalement octroyés. "Il avait été convenu que 50% de la subvention soit délivrée en janvier comme c'est le cas pour l'ensemble des subventions de la Communauté française et les 50 autres pour cents devaient être reversés plus tard."

Désolée, mais pas responsable

Pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, tout était donc parfaitement en ordre puisque cet accord est tout à fait normal dans une gestion habituelle d'une ASBL qui "sait qu'elle ne reçoit pas 100% de ses subsides en début d'année".

Si Alda Greoli se dit désolée d'apprendre la suppression de l'édition du FIFA, elle n'est pas responsable des décisions prises par l’ASBL. "Je suppose que s'ils ont pris cette décision c'est qu'il y a d'autres bonnes raisons. Je suis à leur écoute."

Il semblerait que l'annulation de cette édition soit due aux accusations de mauvaise gestion et de comportements déplacés envers la gent féminine à l'encontre du délégué général, André Ceuteurick.

Si le conseil d'administration du Festival du Film d'Amour ne s'est pas encore exprimé par rapport à ses soupçons, il tient tout de même à préciser qu'il prépare déjà l'édition 2019 ainsi que les éditions ultérieures.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK