Albert de Monaco en apôtre des aires marines protégées

Albert de Monaco s'exprimait à la tribune de l'UCL, lors d'un colloque sur le développement durable
Albert de Monaco s'exprimait à la tribune de l'UCL, lors d'un colloque sur le développement durable - © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Prononçant mercredi un exposé à l'Université catholique de Louvain (UCL) à propos des menaces qui pèsent sur les océans, le prince Albert II de Monaco a plaidé pour l'extension des aires marines protégées, comme la principauté en a créées pour préserver les mammifères marins en Méditerranée. Des telles expériences ont prouvé leur efficacité dans d'autres parties du monde.

Ces zones restreignent ou interdisent les activités commerciales. On les retrouve aux îles Salomon, au Kenya, ou encore à plus grande échelle au Chili ou aux Etats-Unis. Albert II a précisé en avoir parlé à Vladimir Poutine, qui s'est montré ouvert à la création de telles zones dans les anciennes aires militaires de l'Arctique.

"L'efficacité des aires marines protégées a été prouvée, que ce soit en termes de préservation de la biodiversité, de régénération des ressources, de développement économique et social des populations riveraines ou encore de mise en place de mesures innovantes de coopération, prélude à une gouvernance nouvelle des zones marines. Dans certaines zones protégées, la quantité de poisson par kilomètre carré a ainsi quadruplé en l'espace de 5 à 10 ans", a précisé le prince.

Ces zones concernent actuellement 1,5% des océans du globe, loin de l'objectif de 10% fixé à Nagoya, et plus loin encore des 20%, le seuil à atteindre pour véritablement protéger les océans selon le prince Albert II de Monaco.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK