Airbnb va-t-il enterrer le secteur touristique ?

Airbnb va-t-il enterrer le secteur touristique ?
Airbnb va-t-il enterrer le secteur touristique ? - © PAU BARRENA - AFP

La plateforme de location touristique Airbnb fête ses dix ans cette année. La jeune start-up, née à San Fransisco, est devenue aujourd'hui un acteur incontournable du marché touristique. Les conséquences sont là : pour le secteur hôtelier, Airbnb est un concurrent indéniable. Et déloyal, estime le secteur.

De nombreuses villes ont vu aussi débarquer une multitude de touristes dans des quartiers habituellement plus résidentiels, avec un impact sur la vie des habitants, sur leur confort de vie. Sans compter que pour les villes, outre les taxes de séjour qui leur échappent, la pression immobilière se fait intense par endroit : des investisseurs rachètent des biens immobiliers pour les mettre ensuite en location sur la plateforme. Alors une certaine résistance s'organise, les autorités prennent des mesures.

A Berlin, on ne peut louer qu'une chambre et pas un logement entier via la plateforme. A Madrid, uniquement des rez-de-chaussée et des premiers étages pour éviter les nuisances. Et il y en a d'autres. Mais Airbnb s'adapte, exploite les failles de la législation et continue son évolution, soutenue par un succès toujours plus grands auprès des touristes.

Est-ce une bonne chose? Airbnb a-t-il démocratisé le tourisme, l'a-t-il rendu plus authentique en permettant de loger "chez les locaux"? Son succès l'a-t-il dénaturé? Faut-il limiter ou encourager son expansion? Airbnb va-t-il tuer le secteur officiel du logement touristique? Va-t-il tuer la vie de quartier de certaines villes, avec l'omniprésence des touristes et la pression immobilière?

Pour en parler, Marie Vancutsem reçoit autour de la table de "Débats Première" ce lundi 13 août août dès 12h, Geoffroy Coomans De Brachène, échevin de l’Urbanisme et du Patrimoine de la ville de Bruxelles (MR), Alain Decrop, professeur de marketing à l'université de Namur et directeur du CeRCLe (Centre de Recherche sur la Consommation et les Loisirs), Rodolphe Van Weyembergh, secrétaire général de la Brussels Hotels Association et Jean-Michel Decroly, professeur à l’ULB en géographie, tourisme et démographie.

  

Donnez-nous votre avis

On attend vos réactions :

  • Par téléphone au 02/737.37.07
  • Sur Facebook
  • Sur Twitter avec le #Débats1
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK