Affaire Uderzo: la justice donne raison à la fille

RTBF
RTBF - © RTBF

La justice du travail a condamné les éditions du dessinateur français Albert Uderzo, co-créateur d'Astérix, à verser des indemnités de licenciement à Sylvie Uderzo, estimant que le licenciement de cette dernière n'était pas fondé, a indiqué mardi l'avocate de Mme Uderzo.

Sylvie Uderzo de Choisy, fille unique d'Albert Uderzo, contestait son licenciement pour faute grave de son poste de directrice générale de la société Albert-René, éditrice des neuf derniers albums d'Astérix. Cette société a été fondée par Albert Uderzo en 1979 après la mort de René Goscinny, co-créateur des personnages.

Mme Uderzo de Choisy réclamait 776.000 euros de dommages et intérêts.

Les Prud'hommes ont condamné les éditions à lui verser l'intégralité des indemnités légales, à savoir 270.000 euros. Mais les éditions n'ont pas été condamnées à payer les dommages et intérêts complémentaires demandés par la plaignante. "Mme Uderzo est satisfaite de la décision du tribunal", a déclaré son avocate Me Pariente.

Albert Uderzo, 81 ans, et sa fille unique sont en conflit ouvert depuis plusieurs mois. Le dessinateur a cédé en décembre dernier à Hachette Livre les 40% de participation qu'il détenait dans Albert-René.

Avec l'acquisition des 20% détenus par la fille de René Goscinny, Hachette détient désormais une participation majoritaire. Cette opération est dénoncée par Sylvie Uderzo, qui reste propriétaire des 40% restants d'Albert-René.

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK