Affaire Mouzin : "On n'est pas loin", estime l'avocat de Monique Olivier

"On n’est pas loin": l’avocat de Monique Olivier, l’ex-épouse de Michel Fourniret, s’est montré positif mercredi, au troisième jour du déplacement dans les Ardennes de l’ex-couple, dans l’espoir de retrouver le corps d’Estelle Mouzin, que le tueur en série est accusé d’avoir séquestrée et tuée en 2003.

"Aujourd’hui est une nouvelle étape. Michel Fourniret est assez vite fatigué […] Je ne sais pas ce que la journée va nous réserver, mais je pense qu’on n’est pas loin", a déclaré à la presse Me Stéphane Delgenes, au départ du convoi devant la gendarmerie de Charleville-Mézières.

Depuis lundi, la juge d’instruction Sabine Kheris tente de faire parler "l’ogre des Ardennes" pour tenter de retrouver le corps de la fillette de neuf ans, par une "mise en situation" visant à "déclencher des souvenirs".


►►► À lire aussi : Michel Fourniret : l'ADN partiel d'Estelle Mouzin a été retrouvé sur un matelas chez la sœur du suspect


Les échanges sont compliqués par les déclarations alambiquées et l’état neurologique du tueur en série, 78 ans, "mobile" mais amoindri, selon une source proche du dossier.

"Monique Olivier n’a pas d’idée d’où pourrait être Estelle Mouzin. Comme tout vient de Michel Fourniret, il faut avancer à son rythme […] on est obligé de s’adapter à ce qu’il dit", a précisé Me Delgenes.

En deux jours, l’ex-couple a été conduit, sous haute sécurité, dans plusieurs lieux : la maison de Ville-sur-Lumes, où Monique Olivier affirme que l’enfant a été séquestrée, violée et tuée, les abords d’un étang proche, et le cimetière de Montcy-Saint-Pierre à Charleville-Mézières.


►►► À lire aussi : Des SMS échangés entre Fourniret et son ex-épouse le soir de la disparition d'Estelle Mouzin


"Devant les cartes, il montre des endroits, on bouge, on avance" mais "les choses sont compliquées". "On a ciblé des endroits. Aujourd’hui, on reprend les investigations avec des spécialistes du comportement, des enquêteurs, la juge d’instruction", a déclaré Me Delgenes.

"Monique Olivier a participé, elle lui a posé des questions […] Je pense qu’on n’est pas loin. Il faut beaucoup d’investissement, et d’abnégation, continuer les efforts", a-t-il soutenu.


►►► À lire aussi : Disparition d'Estelle Mouzin : dix-sept ans d'enquête et de soupçons autour de Michel Fourniret


Les deux ex-époux avaient été confrontés, le 15 octobre, à Guermantes (Seine-et-Marne), sur les lieux de la disparition de la fillette à son retour de l’école le 9 janvier 2003.

Mis en examen dans cette affaire en novembre 2019, Michel Fourniret avait avoué en mars sa responsabilité. Monique Olivier a été mise en examen pour "complicité".

Le tueur en série a été condamné à la perpétuité incompressible en 2008 pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001. En 2018, il a avoué avoir tué deux autres jeunes femmes dans l’Yonne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK