Affaire Mawda: nouvelle reconstitution à Ghlin ce vendredi

Une nouvelle reconstitution va avoir lieu ce vendredi dans l’affaire Mawda, cette petite fille tuée en mai 2018 lors d’une course-poursuite entre une camionnette de migrants et la police, sur l’autoroute E42 à hauteur de Nimy-Maisière, près de Mons. Mawda avait été touchée par un tir de policier. C’est justement lui qui donne son témoignage, après celui du chauffeur présumé et la famille de Mawda en juillet dernier.

L’agent affirme toujours qu’il ne savait pas qu’il y avait des migrants à bord. Il a donc voulu tirer dans le pneu de la camionnette afin de l’immobiliser, mais cette dernière aurait fait une embardée. La voiture de police aurait tenté de l’éviter, et c’est ainsi que le coup serait parti tout seul.

Des problèmes sur le réseau Astrid?

Cette question de la présence des migrants doit être élucidée via la reconstitution des communications radio. On le sait, il y a eu des problèmes sur le réseau Astrid, utilisé par les policiers cette nuit-là. L’information s’est-elle perdue ? Quelles sont les circonstances exactes du tir ? Ce sont quelques-unes des questions que les enquêteurs vont tenter d’élucider. Il ne faut pas oublier que ce soir-là, cinq voitures de police étaient présentes : en plus de celui du policier qui a tiré, venu de Mons, quatre véhicules de la police de Namur étaient déjà présents.

De son côté, la défense de la famille regrette que le policier ne soit toujours pas inculpé, et affirme souhaiter l'audition du chauffeur de la voiture de police. Il n'est pas certain que ce dernier sera entendu ce vendredi.

Ce vendredi matin, le déploiement policier était important à la caserne de la Protection civile de Ghlin : les premiers combis sont arrivés vers 7h30, suivis par le père de Mawda et ses avocats, puis l’avocat du policier. La reconstitution devrait durer une bonne partie de la journée.

Images de la reconstitution à Ghlin, dans la région montoise

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK