Affaire des adoptions au Guatemala: Unicef Belgique écarte son directeur ad interim

Affaire des adoptions au Guatemala: Unicef Belgique écarte son directeur ad interim
2 images
Affaire des adoptions au Guatemala: Unicef Belgique écarte son directeur ad interim - © Tous droits réservés

Ce lundi 13 mai à 14h30, Eddy Boutmans, le président d'Unicef Belgique, s'est exprimé lors d'une conférence de presse pour s'expliquer sur la procédure d'écartement de leur directeur ad interim, Bernard Sintobin. Celui qui occupait ce poste, depuis une petite semaine seulement, a été officellement démis de ses fonctions.

Depuis quelques jours, des messages postés sur Twitter ont porté de lourdes accusations à l'encontre de Bernard Sintobin, affirmant qu'il était impliqué - en tant qu'ancien trésorier de l'association Hacer Puente - dans un dossier d'adoptions frauduleuses au Guatemala.

« Jusqu'à présent, il ne s'agit que d'accusations mais il n'y a pas d'inculpation et les faits ne sont pas avérés. Nous avons préféré demander à monsieur Sintobin de faire un pas de côté pour la sérénité de l'enquête. Nous ne voulons pas qu'il y ait d'amalgames entre cette affaire et Unicef Belgique. Nous n'avons pas d'autres choix que de l'écarter », explique Eddy Boutmans au micro de Patrick Michalle.

Une enquête ouverte

Il faut demeurer très prudents dans cette affaire mais une chose est certaine : une enquête est ouverte au Parquet fédéral visant l'association Hacer Puente. A la fin des années 80, elle a organisé moins d'une centaine d'adoptions d'enfants guatémaltèques. Or pour deux de ces enfants adoptés, deux femmes expliquent avoir été arrachées à leurs parents. 

Bernard Sintobin rétorque qu'il est droit dans ses bottes, qu'il a agi par idéalisme et qu'il a uniquement servi d'intermédiaire. 

La personne qui recevait l'argent au Guatemala était la belle soeur du dictateur de l'époque. Pour Bernard Sintobin, interrogé par le Morgen, si elle a trompé les  parents, elle a aussi trompé l'association. 

De son côté, Unicef Belgique affirme que le président de l’association est personnellement convaincu que Bernard Sintobin est de bonne foi.

Réaction des avocats des enfants adoptés

Les avocats de différents adoptés dans des circonstances peu claires par l'intermédiare de l'ASBL Hacer Puente, ont décidé de réagir aux diverses informations diffusées, ces derniers jours, dans les médias.

« Nous confirmons que depuis plusieurs mois une enquête judiciaire est en cours, celle-ci investiguant autour de personnes et structures impliquées dans l'organisation et l'administration des dossiers d'adoption de nos clients. Nous regrettons le timing de diffusion d'informations concernant monsieur Sintobin. en cette mesure, nous souhaitons profiter de l'occasion afin de réagir au nom de nos clients et ainsi demander à chaque personne, impliquée dans la cause, de respecter la sérénité de l'enquête judiciaire actuelle. Nous faisons confiance à la justice et aux enquêteurs, lesquels s'attachent à établir la vérité après tant d'années dans un dossier aussi bouleversant qu'inhumain », ont écrit ensemble, maître Nathalie Buisseret, maître Cédric Moisse et maître Isabelle Slaets.

Journal télévisé 13H

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK