Affaire Alec Baldwin : quand les tournages de films tournent au cauchemar…

Que s’est-il exactement passé sur le tournage de "Rust" au Nouveau-Mexique ? L’acteur américain Alec Baldwin, 63 ans et coproducteur du film, a touché mortellement d’un coup de feu la directrice photo. Le réalisateur Joel Souza, 48 ans, a lui aussi été atteint. Il a été emmené à l’hôpital, aux soins intensifs, blessé par balle.

Selon le porte-parole de la production, cité par The Hollywood Reporter, il s’agit d’un accident qui implique un accessoire, arme qui devait être chargée à blanc.

Bien sûr, l’enquête déterminera les causes exactes de l’incident. S’il s’agit réellement d’un accident, ce ne sera en tout cas pas le premier dans le monde du cinéma.

La mort de Brandon Lee

Cet incident fait écho à la mort tragique de l’acteur américain Brandon Lee, fils de Bruce Lee, sur le tournage de "The Crow" en 1993 en Caroline du Nord.

Un coup de feu le touche mortellement au ventre. L’arme devait être chargée à blanc, mais la balle était bien réelle. L’autopsie a révélé que Brandon Lee avait été atteint par un projectile de calibre 44 resté bloqué dans le canon et délogé par la détonation de la cartouche à blanc. Le procureur chargé de l’enquête a conclu à la "négligence".

Plusieurs morts lors du tournage de Twilight Zone

En 1982, l’acteur Vic Morrow, 53 ans, et deux enfants de sept et six ans sont tués par la chute d’un hélicoptère dans une scène de guerre du film "Twilight Zone", du metteur en scène américain John Landis, tournée à Los Angeles.

Dans la scène censée se dérouler au Vietnam, Vic Morrow, portant le jeune garçon et la fillette, devait traverser une rivière au milieu des explosions sous le mitraillage d’un hélicoptère.

Mais l’appareil est touché accidentellement par un explosif, s’abat et décapite l’acteur et le garçon, écrasant la petite fille.

Un procès tenu en 1987 à Los Angeles aboutit à l’acquittement du metteur en scène John Landis et de quatre de ses collaborateurs.
 

L’Exorciste, le maudit

Le tournage du film d’horreur américain "L’Exorciste" de William Friedkin, début des années 70', fait partie des tournages maudits par excellence. Plusieurs personnes sont blessées en une année de travail intense pour ce qui deviendra ensuite l’un des plus grands succès du cinéma.

Dans Harry Potter aussi

Et puis il y a les accidents, souvent graves, dus aux cascades qui tournent mal.

En 2009, sur le tournage de "Harry Potter et les Reliques de la mort", la doublure de Daniel Radcliffe (Harry Potter) fait une mauvaise chute et se retrouve paralysé des deux jambes. Le jeune homme de 25 ans percute un mur lors d’une cascade aérienne sur un balai.

Des cascades qui tournent mal

En 1999 sur le tournage du film "Taxi 2" réalisé par Gérard Krawczyk et produit par Luc Besson, une cascade ne se passe pas comme le scénario le prévoyait. La Peugeot utilisée pour cette scène du film dépasse de 15 mètres le point qu’elle devait initialement atteindre, et percute mortellement un cameraman. Son assistant aura les deux jambes fracturées.

La scène est pourtant pilotée par Rémy Julienne, décédé en janvier dernier des suites du Covid-19, et considéré comme l’un des plus grands directeurs de cascades automobiles de tous les temps. L’incident donnera lieu à de longues poursuites judiciaires entre Rémy Julienne et la société de production de Luc Besson.

Sur le tournage du James Bond "Spectre" de Sam Mendes en 2015, une scène de cascade tourne mal et blesse plusieurs membres de l’équipe du film. C’est au cours du même tournage que l’acteur britannique Daniel Craig se blesse au genou lors d’une scène de combat.

Sur le tournage du 6e volet de "Mission Impossible", l’acteur américain Tom Cruise se fracture une cheville au cours d’une course-poursuite. Le tournage doit être interrompu.

7 images
© Tous droits réservés

Les tournages de film peuvent rapidement devenir le théâtre de scènes cauchemardesques

Sur les plus grosses productions, l’équipe s’apparente très souvent à un véritable microcosme. Chacun tient son rôle, bien sûr, mais encore faut-il qu’il ait le temps et les moyens d’accomplir sa tâche, sans quoi inévitablement une erreur d’attention ou une maladresse est vite arrivée.

Tout récemment le puissant syndicat des techniciens du cinéma aux Etats-Unis (l’IATSE, qui rassemble entre autres professions, les accessoiristes) avait menacé d’entamer une énorme action de grève. En effet, la situation des techniciens du cinéma s’était fortement dégradée avec l’arrivée du Covid. Puis avec la rentrée et la reprise des tournages de films et séries, les grands studios hollywoodiens ont souvent exigé que le personnel fasse l’impossible pour rattraper le temps perdu à cause de la crise sanitaire.

Finalement l’IATSE et les studios (l’Alliance des producteurs de cinéma et de télévision, l’AMPTP) sont arrivés à un accord et la grève a été évitée.

Le dernier mouvement social d’ampleur qu’Hollywood a connu était la grève des scénaristes qui avait paralysé l’audiovisuel américain en 2007-2008. Ce conflit de 100 jours avait provoqué un manque à gagner de deux milliards de dollars, selon des estimations indépendantes.

Sujet de notre 13h :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK