Adamo fête ses 50 ans de carrière

Adamo fête ses 50 ans de carrière
Adamo fête ses 50 ans de carrière - © Belga

Il fête cette année ses 50 ans de carrière. A près de 70 ans, Adamo n'est pas prêt de raccrocher. Il continue à travailler sur ses tournées et ses albums. Le journaliste Thierry Coljon lui consacre un livre. Il faut dire que rares sont ceux qui peuvent se targuer d'autant de succès.

1963, c'est l'année du tourne disque et du premier succès d'Adamo, un tout jeune chanteur avec bien une drôle de voix.

Le chanteur à succès se souvient : "Quand j'ai enregistré ‘sans toi ma mie’ j'étais enrhumé. Je ne connaissais que quelques accord donc je l'ai chanté dans la tonalité do majeur, et je devais aller chercher un la en pleine voix. Tout ça a fait que ma voix a pris une couleur androgyne".

Ce qui n’a pas manqué de susciter la curiosité : "Combien ne m'ont pas dit qu’on croyait que c'était une fille qui chantait ?" se rappelle avec sourire le fils de mineur.

Aidé par son père, qui veille à tout, l'Italien s'impose par son style. La Belgique, puis la France, où tout s'enchaine très vite.

"Quand il a été en France, ça a été : ‘Vous permettez, monsieur’, ‘les filles du bord de mer’, il sortait un 45 tours tous les trois mois qui se retrouvaient systématiquement en tête du hit-parade" explique Thierry Coljon, auteur de Adamo, 50 ans de carrière.

Dans les années '60, Adamo est le plus gros vendeur de disques en Europe, devant Johnny Halliday et il n'a rien à envier aux stars de l'époque.

Trois générations plus tard il n'est par prêt à raccrocher

Quelques années plus tard, en 1964, c'est Dolce Paola et la rumeur, fausse, d'une idylle entre Adamo et Paola qui focalise l’attention de la presse et du public.

Deux ans plus tard, il sort la chanson polémique: "Inch-Allah". Le titre est considéré par le monde arabe comme pro-israélienne. Plus tard, Adamo en modifiera les paroles.

Mais aux succès des années ‘60 suivent deux décennies où Adamo se fait plus discret. Mai 68 et le rock sont passés par là, lui travaille toujours mais il peine à changer son image.

L’auteur de la biographie consacré au chanteur d’origine italienne revient sur ces années : "On voulait l'enferment dans le rôle du gendre idéal, du gentil chanteur, un peu fleur bleu et donc à part 'C'est ma vie' en 1975, les années '70 ont donc été un peu plus compliquées. Dans les années '80 il a sorti de nombreux album et ne s’est jamais arrêté".

Trois générations sont passées, Adamo écrit encore et il a toujours son public. En homme discret, il ne s'en vante pas, et il n'est pas prêt de quitter les planches.   

Marianne Klaric et Viviane Sainpo avec Grégoire Ryckmans

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK