Activistes anti-glyphosate jugés à Bruxelles: 2 acquittements, 7 suspensions du prononcé

Action de soutien aux activistes anti-glyphosate jugés à Bruxelles, le 9 novembre
Action de soutien aux activistes anti-glyphosate jugés à Bruxelles, le 9 novembre - © Archive RTBF

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a acquitté deux activistes du mouvement Ensemble Zoologique de Libération de la Nature (EZLN), jeudi après-midi, et a ordonné la suspension du prononcé de la condamnation pendant un an pour les sept autres. Neuf activistes d'EZNL étaient poursuivis pour avoir causé des dégâts matériels dans les bureaux de la European Crop Protection Association (ECPA) en mai dernier.

Le tribunal a acquitté deux des neuf prévenus. Quant aux sept autres, il a par contre estimé que les préventions de graffiti sur des biens mobiliers et immobiliers et de dégradation volontaire de biens mobiliers et immobiliers étaient établies.

Tenant compte notamment de l'absence d'antécédents judiciaires dans leur chef, le tribunal a estimé qu'ils devaient bénéficier de la suspension simple du prononcé de la condamnation pour une durée d'un an.

Le ministère public avait requis la culpabilité de tous les prévenus et des peines d'amende à leur encontre. La défense, elle, avait plaidé l'acquittement.

Le 9 mai dernier, quelque 70 activistes d'EZLN, déguisés en animaux, s'étaient introduits dans les bureaux de l'ECPA, avenue Edmond Van Nieuwenhuyse à Auderghem, pour protester contre son rôle de défenseur des intérêts de grands producteurs de pesticides tels que Bayer et Monsanto.

Ils avaient parsemé à l'intérieur du bâtiment des feuilles et de la terre pour symboliser l'importance de la protection de la nature.

Ils avaient aussi lancé une trentaine d'oeufs contenant de la peinture à l'eau sur la façade du bâtiment. Et deux grandes banderoles sur lesquelles il était écrit "stop Glyphosate" et "stop cheating with studies" avaient été déroulées depuis le toit.

Les activistes dénonçaient l'influence de l'ECPA, en tant que lobby, sur les politiques européennes en matière de réglementation des pesticides et plus particulièrement concernant le glyphosate, un produit présent entre autres dans le désherbant Round Up de la firme Monsanto. Ils dénonçaient aussi le fait que des multinationales agroalimentaires telles que Monsanto manipulent les études scientifiques.

Neuf de ces manifestants avaient été arrêtés et ensuite inculpés pour graffiti sur des biens mobiliers et immobiliers et pour dégradation volontaire de biens mobiliers et immobiliers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK