Action pour le climat: plus de 200 militants mobilisés place du Trône à Bruxelles

Les actions pour le climat continuent lundi matin à Bruxelles. Plusieurs dizaines ont passé la nuit rue de la Loi à Bruxelles, lieu ou ils s'étaient établis depuis la veille 18h, pour réclamer l'adoption, sous cette législature, de la loi climat, en discussion au parlement. 

A l'aube, en accord avec la police, ils ont démonté leurs tentes et se sont dirigés vers la place du Trône pour continuer leur mobilisation et établir un nouveau campement. Ils sont désormais un peu plus de 200 à l'occasion du Pic Nik Strike. 

Malgré une nuit passée dehors, l'ambiance et la mobilisation semblent au rendez-vous. "Le 1er Ministre vient d’annoncer à la radio, enfin, qu’il entrouvre la possibilité de modifier la constitution #article7bis. Ici Place du Trône, on entrouvre la possibilité de rester avec #occupyforclimate jusque quand ça arrive. La pression sur le monde politique fonctionne. Rejoignez-nous et faites tourner."

Les manifestants prévoient de rester place du Trône jusqu'à mardi. Ils sont issus de nombreux mouvement citoyens comme Greenpeace, Youth for Climate ou encore Act For Climate justice et sont déterminés à passer une nuit supplémentaire sur place. A cette occasion, des militants ont apporté des matelas, sacs de couchage et sac à dos.

"Notre but c'est de nous faire entendre jusqu'au vote qu'il y aura lieu demain. avec l'espoir qu'on puisse enfin vote la modification, ajouter une phrase à l'article 7bis de la constitution qui nous ouvre la porte à une loi climat", insiste Nicolas van Nuffel, président de la plateforme Climat. 

Une rencontre est notamment prévue avec l'Open VLD ajoute-t-il, "et nous sommes disponibles à rencontrer les partis qui voudraient nous rencontrer". 

On a une opportunité de faire passer cette loi avant les élections

Damien Charles, l’un des portes-paroles du mouvement a passé la nuit sur place. "Ça fait 12h qu’on est rue de la Loi, mais il y a mouvement qui est en train de s’opérer vers la place du Trône. Il a été obtenu avec la police qu’on puisse s’y rendre et contrairement à l’endroit ou on a été enfermé toute la nuit, les gens pourront nous rejoindre sur place et nous auront accès à de la nourriture", expliquait-t-il sur les ondes de La Première.

"Pour nous c’est indispensable de mettre un maximum de pression. On a une opportunité de faire passer cette loi avant les élections. On appelle les personnes à nous rejoindre place du Trône. C’est maintenant ou jamais."

Les militants étaient entre 300 et 400 dimanche soir, ils occupaient la zone neutre de la rue de la Loi, interdite à toute manifestation. Il y a eu vingt arrestations administratives très brèves pour le blocage de la petite ceinture.

La commission de révision de la Constitution doit se réunir ce mardi pour se prononcer sur la révision de l'article 7bis. Si celle-ci recueille une majorité (ce qui est peu vraisemblable), la séance plénière se prononcerait à son tour jeudi. Mais la perspective d'y décrocher une majorité est encore plus illusoire puisqu'il faut recueillir deux tiers des voix.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK