Acquittement dans le procès du vaccin poliomyélite

Vaccination contre la polio - Illustration
Vaccination contre la polio - Illustration - © EPA

Le tribunal de Tournai devait rendre ce mercredi un jugement qui devrait interpeller tous les jeunes parents. Il concerne le vaccin contre la poliomyélite. Le seul vaccin obligatoire en Belgique.

Le père et la mère d'Olivier, 4 ans, étaient poursuivis devant le Tribunal Correctionnel pour avoir refusé de vacciner leur fils contre la polio, la poliomyélite, une maladie infectieuse et contagieuse qui s'attaque à la moelle épinière et qui peut provoquer la paralysie.
Ce vaccin est le seul obligatoire, en Belgique, et ne pas le faire représente un délit.
Chaque année des centaines de parents oublient ou se font tirer l'oreille pour finalement obtempérer, mais les parents d'Olivier, eux, n'ont pas voulu céder. Leur avocat, Philippe Vanlangendonck, explique qu'ils exigent avant tout des informations sur le produit qu'on injectera à leur enfant. "Ils demandent des précisions et surtout des assurances permettant d'être rassurés par rapport à certaines craintes concernant la composition du vaccin puisqu'il contient certains produits comme de la formaldéhyde qui sont à considérer comme produits toxiques et cancérigènes".
Et puis il y a ces effets secondaires que d'autres scientifiques soulèvent régulièrement  enfin, les parents ne s'expliquent pas pourquoi ce vaccin est obligatoire en France, en Belgique, mais ne l'est plus en Allemagne ou au Pays Bas.
Pour Yves Vanlaethem, infectiologue et membre du conseil supérieur de la santé, ce vaccin est sans danger, il reste utile, même si on n'a plus relevé aucun cas de poliomyélite en Belgique depuis 1979. "C'est une vaccination que l'on fait de manière altruiste, dans la mesure où, effectivement, actuellement le risque est nul chez nous mais le fait de continuer à protéger la population de manière suffisante qui permet que la réintroduction du virus sur notre continent par un voyageur venant d'Afrique ou d'Inde par exemple ne puisse provoquer une épidémie localement".
Les parents d'Olivier eux ont donc enfreint une loi de 1966. Ils devaient connaître leur sort ce mercredi. Le tribunal a prononcé leur acquittemment.

Un jugement qui pourrait faire jurisprudence

Si le parquet ne va pas en appel, l'affaire pourrait faire jurisprudence. Le tribunal a donc acquitté la maman du petit garçon, considérant que le droit du patient, était prioritaire sur la loi de 1966, la loi qui rend ce vaccin obligatoire. Le droit du patient lui est inscrit dans une loi de 2002, il consacre le droit à l'information nécessaire pour obtenir le consentement éclairé du patient ou de sa famille avant tout acte médical. Et c'est bien ce que demandait la maman d'Olivier, une information complète sur la nature du produit injecté et sur les conséquences, les effets secondaires du vaccin. Ce qu'elle n'a pas pu obtenir. Le tribunal ordonne aussi qu'on apporte des réponses aux différentes questions que les parents se posent légitimement. Cet acquittement pourrait donc mettre un terme à l'obligation de vacciner contre la polio, une maladie qu'on n'a plus détecté en Belgique depuis 1979.

L'Allemagne, les Pays-Bas et la Grande Bretagne ont déjà retiré le vaccin contre la polio de la liste des vaccins obligatoires, ce qui n'est pas le cas de la France et de l'Italie.

M. Delporte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK