Acheter son ticket de train au guichet et aux distributeurs coûte désormais plus cher

A l'heure où la décision de la SNCB de fermer 44 guichets fait grincer des dents, une autre mesure suscite le mécontentement des voyageurs: il s'agit de l'augmentation du prix des tickets de train achetés au guichet ou aux distributeurs. Cette politique tarifaire fait réagir, d'autant plus que l'augmentation des prix ne concerne pas les achats effectués via smartphone ou ordinateur. 

Ce lundi, le Conseil supérieur national des personnes handicapées (CSNPH) dénonce cette nouvelle politique tarifaire en la jugeant discriminatoire à l'égard des personnes en situation de handicap. Le CSNPH "ne peut pas accepter" cette différence de prix "et s'y oppose", a-t-il indiqué. La fracture numérique, les inégalités d'accès et d'utilisation des technologies sont, à ses yeux, "une réalité pour beaucoup de personnes handicapées". 


►►► A lire aussi: Ans, Binche, Gouvy, Peruwelz, ... : la SNCB va progressivement fermer près d'un guichet sur trois en 2021


Il met en exergue la fracture numérique, soit les inégalités d'accès et d'utilisation des technologies de l'information et de la communication, qui est "une réalité pour beaucoup de personnes handicapées". Pour le Conseil supérieur, il "est inacceptable que ce groupe fragilisé doive payer plus pour un même voyage pour la simple raison qu'il n'a pas accès à internet". Le CSNPH souligne que le Comité consultatif pour les voyageurs ferroviaires s'oppose également à cette adaptation tarifaire. Le Conseil a informé le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet, la ministre en charge des Personnes handicapées, Karine Lalieux, et la CEO de la SNCB, Sophie Dutordoir, de son opposition. 

TestAchats s'oppose également à ces changements tarifaires

Le mécontentement n'a pas manqué de faire réagir l'association des consommateurs belges, TestAchats. Si l'ajustement des prix est une démarche tout à fait normale, qui a lieu chaque année, l'association dénonce le côté discriminatoire lié à la modalité d'achat. 

"Les navetteurs qui veulent payer le meilleur tarif sont en effet invités à réserver leur voyage en train via l'application de la SNCB", note TestAchats, qui a passé en revue les changements de prix. En 2021, le prix des abonnements devrait augmenter au total de 2%. Moins importante est l'augmentation pour les billets standard, qui s'élève à 0,65%. Selon l'association, cette "politique de prix injuste" nuit à celles et ceux qui sont impactés par la fracture numérique ou qui n'ont simplement pas l'habitude d'acheter leur ticket en ligne. "Les passagers de train qui préfèrent acheter leurs billets de manière traditionnelle au guichet seront encore plus touchés d’ici la fin de cette année, car à partir de là, ils ne pourront plus se rendre qu'à un nombre limité de guichets", note encore l'association. 

Les navetteurs, les grands perdants de cette augmentation de prix

Le mécontentement est aussi amplifié par le fait que depuis le mois dernier, les passagers qui veulent monter à bord avec un vélo sont à nouveau obligés de payer un second ticket. 

Ce sont d'ailleurs ces mêmes navetteurs à sortir perdants suite à la nouvelle politique tarifaire de la SNCB, dénonce TestAchats. Cela concernerait notamment le "standard multi rail pass", à savoir la carte de dix voyages. Selon l'association, ce pass en deuxième classe coûte toujours 83 euros si vous l'achetez en ligne. Au guichet ou au distributeur en gare, en revanche, vous paierez 86 euros. 


►►► A lire aussi: Tout ce qui change en février


Une légère augmentation concerne également le Local Multi Key Card, une formule spécifique pour les voyages de courte durée. Ici, l'augmentation est de 0,10 euros : 2,70 euros si vous achetez en ligne contre 2,80 euros au distributeur ou au guichet. 

Aussi, dix voyages en deuxième classe coûtent désormais 1 euros de plus si vous les achetez sur place: 28 euros à la place des 27 euros payés lors d'un achat "digital", selon l'analyse de TestAchats.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK