Accueil des handicapés mentaux: la Belgique à la pointe selon la France

La ministre Eliane Tillieux a rencontré son homologue française Marie-Arlette Carlotti (Photo d'illustration)
La ministre Eliane Tillieux a rencontré son homologue française Marie-Arlette Carlotti (Photo d'illustration) - © Wikipédia

Le manque de places et l’accompagnement des personnes autistes, chez nous, sont souvent critiqués. Pourtant la Belgique est vue comme un pays à la pointe par la France. Arlette Carlotti, la ministre française déléguée aux personnes handicapées était en visite, chez nous, lundi. Beaucoup de Français vivent dans nos institutions.

Aux Aubépines à Sart Risbart (Incourt) dans le Brabant wallon, 45 adultes polyhandicapés autistes vivent ici avec un tiers de Français.

En France, l'accueil des autistes est toujours au stade expérimental. Le handicap, l'autisme notamment, était et est encore dans beaucoup de cas médicalisé. Autrement dit, ces personnes sont envoyées en psychiatrie. La ministre Marie Arlette Carlotti estime qu'en Belgique, on est à la pointe et elle veut prendre exemple :

"Je suis venue voir d’abord le traitement des adultes ici, la façon dont les adultes sont pris en charge, la façon dont on les respecte. Je suis venue voir aussi comment on fait de la détection précoce des jeunes autistes, le plus tôt possible, parce que l’on peut les amener à arriver à lire et à écrire".

"Les résidents français ne prennent pas la place des wallons"

C'est ce que revendique Eliane Tilleux, la ministre wallonne de la Santé :

"Les Français qui viennent chez nous sont financés directement par le système français et donc si demain ces personnes retournaient en France, il n’y aurait plus de subventions françaises. Chez nous il y a près de 3000 emplois subventionnés grâce à l’accueil des résidents français dans nos institutions".

Un accord cadre d'accompagnement  de ces résidents français a été conclu en  2011. Il est en cours de ratification par le parlement wallon.

 

Françoise Dubois

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK