Accueil à l'hôpital sur fond de racisme ? Une femme témoigne à Bruxelles

Accueil à l'hôpital sur fond de racisme ?
Accueil à l'hôpital sur fond de racisme ? - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Partie rendre visite à son père atteint d’un cancer au Sénégal, Maya est revenue dimanche dernier. Mais, à son retour, elle ne se sent pas bien. Quelques jours plus tard, elle décide de se rendre aux urgences des hôpitaux Iris Sud à Bruxelles.

Mais, à son arrivée, les choses ne se passent pas comme elle l’imaginait. "A l’accueil, un monsieur m’a dit d’aller m’asseoir sur une chaise. Je ne me sentais pas bien du tout. Je toussais beaucoup, j’avais la tête qui tournait" explique-t-elle.

Elle le fait exprès

Elle se lève et sort pour appeler son médecin. "Je me suis levée trop vite, j’ai eu une chute de tension et je suis tombée. Le monsieur de l’accueil me dit "pourquoi vous vous êtes laissé tomber ? Debout. Levez-vous. Et allez vous remettre dans la salle pour attendre votre tour" Je lui ai répondu que je ne me sentais vraiment pas bien. Avant de revenir avec une chaise et de dire à sa collègue "elle le fait exprès"."

Sa collègue lui dit d’aller chercher un lit poursuit Maya. Quand elle entend "si ça ne tenait qu’à moi, je l’aurais laissé là-bas. J’espère qu’elle a quelque chose."

Arrivée dans une chambre, cette patiente décide de se filmer avec son téléphone pour témoigner de ce qu’elle vient de vivre. Une vidéo qui a fait réagir sur les réseaux sociaux.

Elle est restée à l’hôpital de 10 heures à 20 heures Après avoir passé une série de tests et été mise sous perfusion, elle demande à rentrer chez elle. Aujourd’hui, Maya se dit encore sous le choc. "Je vais écrire un mail à la direction. Parce que quand je vois les messages que j’ai reçus sur Instagram, je me rends compte que je ne suis pas la première à qui c’est arrivé, pas spécialement dans cet hôpital mais dans d’autres hôpitaux aussi."

Un incident pour l’hôpital

Du côté de l’hôpital, on reconnaît un incident. "Il faut savoir qu’à l’accueil, ce sont des secrétaires, pas du personnel médical, donc leur jugement peut ne pas toujours être adéquat. Mais sa prise en charge par des infirmières a été rapide" explique le docteur Roger Hallemans, directeur médical adjoint des hôpitaux Iris Sud. "Lui est resté à l’accueil, ce sont les infirmières qui l’ont amenée jusqu’à sa chambre." Ce directeur assure qu’il y aura un débriefing en interne suite à cette histoire.


►►► À lire aussi : Naomi Musenge et le syndrome méditerranéen


Du racisme ?

Pour Maya, si elle dit ne pas pouvoir affirmer que cet homme qui l’a accueilli est raciste, elle a le sentiment que si elle avait été blanche, "cela aurait été différent. A la façon dont il m’accueillit et dont il a accueilli les autres personnes. Je ne dis pas qu’il est spécifiquement raciste mais j’aurais eu plus de compassion."

"On rejette toute allégation de racisme" se défend le docteur Roger Hallemans. "Il n’y a aucun racisme dans les unités. On travaille avec des infirmières de toutes origines multiculturelles." Pour ce directeur adjoint, la situation actuelle pourrait expliquer la tension qui règne dans le service des urgences. "Il y a une surcharge de travail aux urgences. Avec la recrudescence du coronavirus, on est submergé de demandes de certificat et de frottis et donc il y a une affluence presque doublée par rapport à la période normale. C’est assez évident qu’il y a une tension au niveau du personnel." Mais cela ne justifie en rien pour Maya l’accueil qui lui a été réservé à son arrivée. "Je comprends que le personnel soit hyper stressé parce qu’il y a beaucoup de boulot. Mais on ne doit pas maltraiter les gens. Je veux juste des excuses de leur part, je ne demande rien d’autre."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK