Accord non-marchand en Wallonie: 260 millions pour améliorer l'attractivité du secteur

Le gouvernement wallon, les syndicats et les employeurs du secteur non-marchand sont parvenus à un accord sur la répartition de l'enveloppe de 260 millions d'euros à l'horizon 2024, dégagée en juillet dernier par l'exécutif régional. Le texte a été officiellement signé ce jeudi après-midi par le ministre-président wallon Elio Di Rupo, la ministre régionale de la Santé Christie Morreale et les partenaires sociaux.

Nouveaux engagements et augmentation des salaires

Concrètement, cet accord-cadre permettra une revalorisation structurelle du secteur par de nouveaux engagements et des augmentations de salaires.

"Nous avions deux objectifs majeurs: améliorer les conditions de travail, notamment grâce à des engagements complémentaires, et aligner les barèmes du personnel des institutions wallonnes transférées à la suite de la sixième réforme de l'État sur les barèmes fédéraux des soins de santé", a expliqué la ministre Morreale, au cours d'une conférence de presse.

Sur le budget total, 110 millions d'euros seront consacrés à l'implémentation de l'IFIC  - les barèmes des secteurs fédéraux de la santé comme les hôpitaux - dans les secteurs régionaux (maisons de repos, maisons de soins psychiatriques, initiatives d'habitations protégées et centres de revalidation fonctionnelle).

Parallèlement, 110 autres millions iront à des mesures spécifiques au sein d'autres secteurs (entreprises de travail adapté, secteur du handicap, services d'aide aux familles, restaurants sociaux, abris de nuit, missions régionales pour l'emploi, centres d'insertion socioprofessionnelle, etc.) et 34 millions seront octroyés à des mesures complémentaires et qualitatives - essentiellement des engagements complémentaires - dans les maisons de repos, les maisons de soins psychiatriques et les initiatives d'Habitations protégées, a précisé la ministre.

Sur base de cet accord qui concerne 62.753 équivalents temps plein (47.000 pour le secteur privé et 15.753 pour le secteur public) et des ventilations budgétaires arrêtées, les partenaires sociaux poursuivront leurs discussions dans les prochains jours pour dégager des accords sectoriels, a-t-elle encore indiqué.

"Il reste effectivement du chemin à parcourir pour finaliser cet accord dans les secteurs", a acquiescé Eric Dubois (CGSLB). Dans les rangs syndicaux, c'est toutefois la satisfaction qui domine."C'est un budget ambitieux qui répond aux besoins du terrain", a ainsi estimé Stéphanie Parmentier (CNE). "Cet accord répond à des besoins spécifiques mais est également extrêmement solidaire puisqu'il ne favorise aucun secteur", a enchaîné Nathalie Lionnet (SETCa). "Nous voulons dire la reconnaissance des employeurs face aux efforts financiers consentis", a de son côté assuré Stéphane Emmanuelidis, le président de l'Unispo, la confédération intersectorielle des employeurs du non-marchand en Wallonie et à Bruxelles. "Nous sommes confiants: l'attractivité du secteur va s'améliorer et des emplois nets seront créés", a-t-il conclu.

Wallonie: plan de relance (JT 21/05/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK