Accises sur le tabac: argent contre santé ?

L'Etat fédéral recherche de l'argent frais pour renflouer les caisses et le ministre des finances remet sur la table une idée qui avait déjà fait grincer des dents en début d'année. Il souhaite diminuer les accises sur le tabac pour relancer les ventes de cigarettes sur le sol belge. Voilà qui fait bondir les professionnels de la santé.

Plus on est défavorisé, plus on est "gros fumeur"

Nous nous sommes rendus dans un école technique de Charleroi où un jeune sur cinq fume dès l'âge de 14 ans. Le tabacologue Martial Bodo tenter d’aider ces jeunes à arrêter de fumer et on constate clairement que l'argument financier joue un rôle prépondérant. L’un des élèves explique que voir partir régulièrement 6 euros de sa poche représente beaucoup. Le déclic d'arrêter vient avec l'augmentation du prix du paquet.

Pourtant, le ministre des finances Johan Van Overtveldt propose exactement l’inverse en voulant baisser le prix des accises sur le tabac. Pour Martial Bodo, cette mesure aura surtout des conséquences pour les couches défavorisées de la population. "Il y a un lien évident entre le taux de tabagisme et le niveau socio-économique. Plus on est défavorisé, plus on est "gros" fumeur ".

Pour lui, le calcul du ministre est cynique car en voulant augmenter à nouveau la vente des paquets de cigarettes, il joue avec la santé des fumeurs. "Le fumeur est en danger de vie tous les jours. C’est l’équivalent de 17 500 morts par an en Belgique. Aujourd’hui, 48 personnes vont perdre la vie parce qu’elles fument ".

Ce spécialiste prône des politiques dissuasives contre le tabac comme par exemple l'adoption d'un paquet neutre. mais actuellement en Belgique, une telle décision piétine aussi.

 

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir