Accident mortel à Anderlecht: les quatre policiers impliqués visés par des menaces

Les quatre policiers impliqués dans les événements liés au décès d'Adil C. vendredi passé dans le quartier Cureghem à Anderlecht, sont la cible de menaces, a indiqué lundi le parquet de Bruxelles confirmant une information publiée samedi par le quotidien La Dernière Heure (DH). Le parquet précise qu'un procès-verbal faisant état de menaces a été rédigé, sans faire plus de commentaires.

Un particulier aurait filmé les policiers sur les lieux de l'accident, à savoir les deux agents de la BAC (brigade anti-criminalité) engagés dans la poursuite du jeune en scooter et les deux policiers qui circulaient dans la Toyota Yaris banalisée impliquée dans l'accident. Ces images auraient été diffusées sur les réseaux sociaux accompagnées d'un appel à la vengeance, selon la DH.

Sous protection policière

Le quotidien relève encore que le bourgmestre d'Alost, Christoph D'Haese (N-VA), a confirmé qu'un des agents concernés habite à Alost et bénéficie d'une protection policière.

Pour rappel, un jeune homme de 19 ans, prénommé Adil, est décédé après avoir percuté, le vendredi 10 avril au soir, avec son scooter une voiture de police, quai de l'Industrie à Anderlecht. Peu avant, il avait fui un contrôle de police et avait été pris en chasse par une première patrouille. Le parquet de Bruxelles a requis un juge d'instruction pour enquêter du chef d'homicide involontaire.

En écho à cet accident aux conséquences tragiques, des émeutes ont éclaté à Anderlecht dès le samedi 11 avril et dans la nuit de samedi à dimanche, provoquant d'importants dégâts sur des véhicules, des bâtiments de la police et du mobilier urbain. Une centaine de personnes ont fait l'objet d'une arrestation, pour la plupart administrative.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK