Schellebelle: les locomotives seront remorquées ce samedi

Accident de train à Schellebelle - tous les blessés ont quitté l'hôpital
Accident de train à Schellebelle - tous les blessés ont quitté l'hôpital - © Belga

Les pompiers ont débuté vendredi midi le pompage du premier wagon contenant de l'acrylonitrile sur le lieu de l'accident de train à Schellebelle, a indiqué le commandant des pompiers Christian Van de Voorde. Les locomotives seront remorquées ce samedi.

Une entreprise spécialisée a débuté vendredi matin la mise en place d'un chemin d'accès renforcé vers la carcasse du train afin que les restants de liquide contenus dans les wagons puissent être pompés. Le pompage du deuxième wagon devrait se terminer dans la nuit.

Les locomotives du train qui a déraillé à Schellebelle seront remorquées seulement samedi par la SNCB, a précisé vendredi Thomas Baeken, le porte-parole d'Infrabel. A cette fin, une équipe du gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire est arrivée sur place vers 16h pour enlever la caténaire.

L'équipe d'Infrabel doit débuter samedi matin les travaux à la caténaire. L'une des locomotives est coincée dans la caténaire et cette dernière doit être coupée. Lorsque la caténaire sera enlevée, les trois locomotives pourront être soulevées. Elles seront ensuite remorquées samedi par la SNCB.

Les travaux de préparation pour le nettoyage du wagon 7 débuteront aussi ce samedi. Ce wagon contient encore environ deux tonnes de butadiène. Ce gaz, inflammable au contact avec l'air mais non dangereux pour la population, doit être brûlé, ce qui sera fait dimanche. Cela provoquera une immense flamme qui sera visible dans plusieurs communes avoisinantes. Le wagon sera ensuite découpé.

Infrabel remboursera les premiers frais

Infrabel, le gestionnaire de réseau, remboursera les frais engagés par les personnes évacuées et représentant une conséquence directe de l'accident de train de Schellebelle. C'est ce qu'on a appris lors d'une session d'information tenue vendredi soir à Wetteren. Cela concerne des frais d'hôtel ou de restaurant mais pas les frais médicaux.

Cette session d'information était destinée à tous les habitants évacués ces derniers jours. Le gouverneur, des représentants de tous les services de secours et Infrabel ont donné des explications. Quelque 500 personnes y ont assisté. Infrabel s'est engagé à rembourser les frais des personnes évacuées mais le fait "sous réserve de responsabilité et sans reconnaissance qui pourrait lui nuire".

Pas de traces de pollution

Selon les premiers résultats provisoires des échantillons de sol et d'eaux souterraines prélevés le 8 mai à Wetteren, aucune trace de pollution n'a été relevée, indique la société publique des déchets de la Région flamande (OVAM). Des échantillons doivent encore être pris sur la carcasse du train elle-même afin d'avoir une idée plus précise des opérations d'assainissement à mener.

Ce ne sont que de premières indications, précise l'OVAM. Quatre échantillons d'eaux souterraines et 16 échantillons de sol pris à des distances variant de 100m à 1km du lieu où gît la carcasse du train, ont été analysés afin de déterminer l'éventuelle présence d'acrylonitrile et de cyanure. Les résultats de toutes les analyses se situent en deçà de la limite de détection (la valeur détectable la plus basse).

Les analyses des échantillons doivent encore être affinées et complétées avec des données supplémentaires, notamment via des échantillons pris à l'endroit où gît la carcasse du train. La SNCB et l'OVAM se réuniront lundi afin de déterminer les analyses et les mesures à prendre désormais.

Les habitants de 423 maisons ont pu rentrer chez eux. Depuis le début de la catastrophe, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, plus de 200 personnes ont été conduites à l'hôpital pour y subir des tests ou y recevoir des soins.

Cinq personnes se trouvaient encore aux soins intensifs mercredi mais elles ont pu rentrer chez elle depuis.

Chemin d'accès renforcé vers le train

Il a fallu mettre en place un chemin d'accès renforcé vers l'épave du train, afin que les camions puissent y accéder et vider les produits se trouvant encore dans les wagons à Wetteren, sur le lieu de la catastrophe ferroviaire. Il s'agit d'un chemin spécial de 250 à 270 mètres de long et large de 5 mètres, composé d'un film imperméable, de poutres en bois et de plaques de métal.

RTBF avec agences

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK