Accident de car: revivez le fil de la journée de mercredi

21 h 50: la délégation belge composée d'Elio Di Rupo, Pieter De Crem, Kris Peeters et Steven Vanackere quitte la Suisse pour revenir en Belgique.

21 h 40: le conseil ministériel restreint, programmé jeudi, examinera l'ensemble des propositions formulées conjointement par le SPF Santé publique et Mutas, la coupole intermutualiste, réunis mercredi soir pour analyser les possibilités de rapatriement pour les blessés du dramatique accident d'autocar, survenu lundi soir, a indiqué le porte-parole du SPF Santé publique.

21 h 00: le président Barack Obama présente ses condoléances. "Le président adresse ses condoléances les plus profondes aux victimes et à leurs familles après l'accident d'autocar survenu la nuit dernière en Suisse. La perte de si nombreuses vies si jeunes brise le coeur", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du Conseil de sécurité nationale américain (NSC),Tommy Vietor.

20 h 45: une veillée de prières aura lieu jeudi à 19 heures à l'église Saint-Joseph de Lommel, voisine de l'école 't Stekske, a fait savoir mercredi l'évêché d'Hasselt.

20 h 30: recueillement de la délégation belge. La présidente suisse Eveline Widmer-Schlumpf et la délégation gouvernementale belge conduite par le Premier ministre Elio Di Rupo ont déposé mercredi soir, dans la plus stricte intimité et avec beaucoup d'émotion, des gerbes à l'endroit de l'accident d'autocar qui a coûté la vie mardi soir à 28 personnes, dont 22 enfants.

20 h 25: un registre de condoléances, accessibles via les sites internet de la ville et de l'école de Lommel, a été ouvert mercredi à la suite de l'accident. Plusieurs registres de condoléances ont été ouverts un peu partout en Belgique, notamment à Bruxelles, Louvain, Malines, Merchtem, Namur, Wavre, Mol, Jodoigne et Liège. Un registre a également été ouvert au parlement fédéral.

20 h 00: AG Insurance indemnisera les victimes. La société AG Insurance indemnisera les victimes de l'accident d'autocar, ainsi que leurs proches, dans le cadre de la responsabilité civile automobile de la société Toptours, a-t-elle indiqué mercredi.
La législation belge assure des indemnisations supérieures à la somme minimale de 220 000 euros par victime ou par proche, prévue par un règlement européen qui sera prochainement d'application, a expliqué Wauthier Robyns de Schneidauer, membre du comité de direction de l'Union professionnelle des entreprises d'assurances (Assuralia). Cela prendra probablement plusieurs mois avant qu'AG Insurance propose un montant précis aux victimes et à leurs proches, notamment les parents ou les frères et soeurs, a expliqué la société d'assurance. La responsabilité civile couvre tous les dégâts subis, qu'ils soient matériels ou moraux. AG Insurance remboursera de toutes façons les frais médicaux et funéraires des passagers. La société, qui a déjà pris contact avec les deux écoles concernées, demandera prochainement différentes informations aux familles des victimes afin d'estimer le préjudice subi. La société d'assurance fera ensuite, sur base des réponses reçues et d'expertises médicales, une proposition financière aux familles. Une négociation entre les victimes et la société d'assurance s'enclencherait en cas de refus de la proposition d'indemnisation. Un tribunal civil serait alors chargé de trancher en dernier ressort si le désaccord persiste, sur base d'un rapport remis par un expert judiciaire. Mais "l'entreprise d'assurance fera tout pour éviter d'en arriver à une telle extrémité", selon Assuralia.

19 h 50: Des nouvelles des enfants blessés. Trois enfants hospitalisés à Lausanne sont encore dans un état très critique. A l'hopital de Sion, 14 enfants sont pris en charge. L'état de l'une des petites victimes, jugé critique, s'améliore toutefois et elle pourrait être transférée dans l'unité de pédiatrie selon notre envoyée spéciale à Sion. Des unités de soutien psychologique ont été mises en places pour venir en aide aux enfants et à leurs parents.

19 h 45: Elio Di Rupo n'ira peut-être pas au chevet des blessés. Le Premier ministre belge Elio Di Rupo a eu, mercredi soir, un second entretien avec la présidente suisse Eveline Widmer-Schlumpf au siège de la police à Sion (Valais). A son arrivée en Suisse, Elio Di Rupo avait déjà rencontré brièvement la présidente.
Cette réunion, à laquelle participent également les ministres Vanackere et De Crem, doit déterminer la suite du déplacement en urgence de la délégation belge. On ignorait à 19h45 si Elio Di Rupo se rendrait effectivement ou non auprès des victimes, dont 14 sont hospitalisées à Sion.

18 h 48: Le SPF Santé publique a décidé de rencontrer mercredi vers 18h30 les assureurs pour organiser le rapatriement des victimes et des personnes décédées, a fait savoir le SPF, contacté par l'agence Belga. La rencontre se tient dans les locaux du service public à Bruxelles.
Des membres du cabinet de la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Laurette Onkelinx, devaient également prendre part à la réunion.
L'assureur de la compagnie d'autocars a déjà annoncé qu'elle prendrait en charge les frais et l'indemnisation des victimes.

18 h 45: Les écoles francophones se joignent à la minute de silence. Les écoles francophones seront invitées à observer elles aussi une minute de silence vendredi à 11 heures du matin, tout comme ce sera le cas dans l'enseignement néerlandophone, en hommage aux victimes de l'accident de car de Sierre, à leurs familles et à leurs proches, a-t-on appris auprès du cabinet de la ministre de l'Enseignement obligatoire Marie-Dominique Simonet.
Une circulaire partira jeudi pour proposer ce moment de recueillement aux écoles de tous les réseaux, a décidé la ministre, après s'être concertée avec son homologue flamand Pascal Smet. Il s'agit d'un geste de solidarité envers les victimes et leurs proches, ainsi qu'envers la Communauté flamande, pour cet accident qui touche "toute la Belgique", précise-t-on au cabinet Simonet.

18 h 30: Un témoin raconte. Un vacancier, arrivé sur les lieux un peu après l'accident du car belge qui a coûté la vie à 26 personnes, raconte ce qu'il a vu sur place. Ce témoin, assez choqué, raconte comment il a aidé, avec d'autres personnes, des enfants blessés à sortir du car accidenté.

18 h 15: Déclaration du premier procureur en charge de l'enquête Olivier Elsig: "Très rapidement nous avons pris les mesures pour sauvegarder les enregistrements des caméras de surveillance et l’analyse de ces images et les conséquences que l’on peut en tirer sont en cours. (…) Nous procédons actuellement à l’audition de certaines personnes, dont des témoins qui se sont présentés spontanément et nous entendrons également les victimes les moins durement touchées. L’autopsie du corps du chauffeur est actuellement en cours (...).
L’autocar est récent et le chauffeur avait pris le volant récemment. On peut exclure catégoriquement une interaction avec d’autres véhicules ainsi qu’avec la chaussée. Sous réserve d’analyse détaillée, la vitesse du véhicule est en voie d’observation. Avec les réserves d’usage, le véhicule ne roulait pas trop vite. Les enfants étaient attachés avec leur ceinture mais en raison de la violence du choc cela n’a pas permis de sauver bon nombre d’entre eux.
En termes d’hypothèse, on peut concevoir une cause technique. L’autre hypothèse pourrait être celle d’un malaise. Les analyses par autopsie permettront d’infirmer ou de confirmer cette hypothèse. Troisième hypothèse, celle d’une erreur humaine, mais celle-ci n’est pas privilégiée
."

18 h 00: Déclaration d'Elio Di Rupo: "Nous sommes venus pour remercier les différents services qui ont travaillé avec un professionnalisme et une générosité admirables (…) Nous sommes ici aussi pour essayer de comprendre car dans notre pays c’est la consternation (…) Quand on perd un enfant il n’y a pas de mot (…) Il reste beaucoup à faire. L’essentiel après ce drame est de soulager par tous les moyens les familles. (...) La collaboration avec la Suisse est véritablement remarquable. Nous ferons tout ce que l’on peut dans les prochains jours. Une fois encore je voudrais remercier les autorités suisses pour le travail accompli".


17 h 50: Déclaration de la Présidente suisse. "C’est avec une grande consternation et profonde émotion que j’ai appris la nouvelle de l’accident. Au nom, du conseil d’Etat et des citoyens suisses, je présente toute ma sympathie aux victimes de cette tragédie et je souhaite beaucoup de force et de courage aux familles. En tant que mère de 3 enfants, je peux bien comprendre leur peine".


16 h 50: Elio Di Rupo est arrivé en Suisse pour une réunion de crise avec les autorités suisses. L'avion gouvernemental transportant le chef du gouvernement et les ministres des Finances et de la Défense, Steven Vanackere et Pieter De Crem, s'est posé peu après 16h00 à l'aéroport de Genève. La délégation belge devait ensuite rejoindre Sion (Valais), à proximité de la ville de Sierre, où s'est produit l'accident.

Ce déplacement vise notamment à vérifier que tout sera fait pour assurer l'accompagnement des victimes et de leurs familles, arrivées peu auparavant avec un Airbus mis à disposition par le ministère de la Défense.
Il s'agit de soutenir les familles et de s'assurer du suivi, a-t-on indiqué de source gouvernementale.
Les autorités suisses ont promis de faire le maximum pour la prise en charge des victimes - 22 enfants sont encore hospitalisés, certains dans un état grave, dans plusieurs établissements - et des familles.


16 h 45: Minute de silence dans les écoles vendredi. Les écoles néerlandophones observeront vendredi à 11H00 une minute de silence en hommage aux victimes du grave accident de car de Sierre (Suisse), a communiqué mercredi le ministre flamand de l'Enseignement, Pascal Smet.
Pascal Smet a décidé d'écourter un séjour à New York, où il participait à une conférence sur l'enseignement. Il sera de retour en Belgique jeudi matin.

16 h 15: 22 des 24 personnes blessées dans l'accident ont été identifiées. Les deux personnes non encore identifiées sont dans le coma, signale le cabinet de la ministres de la Santé et des Affaires sociales Laurette Onkelinx.

16 h 10: Plans d'urgence activés ce matin. Un urgentiste-pédiatre et une équipe d'accompagnateurs psychosociaux de la Défense et de la Santé placée sous la direction d'un infirmier urgentiste accompagnent les sept spécialistes du DVI (identification des corps) qui sont montés dans l'avion emmenant les premières familles de victimes en Suisse. Celles-ci seront reçues par les autorités diplomatiques et le centre de crise helvétique.
La ministre de la Santé Laurette Onkelinx a précisé que le centre de crise de la Santé publique en Belgique a été averti par les Affaires étrangères vers 6 heures du matin de l' accident survenu vers 21h15 la veille.
Un plan d'intervention psychosocial (PIPS) a été déclenché, et deux équipes comprenant chacune un médecin et un accompagnateur psychosocial ont été envoyées à Lommel et à Heverlee, les communes des écoles où les enfants sont scolarisés.
Le service d'intervention psychosociale urgente de la Croix-Rouge a également été mobilisé, en contact avec les services d'urgence en Suisse.
Elio Di Rupo a répété lors de sa conférence de presse que, selon les dernières informations reçues, le car était en ordre de contrôle technique, la société de voyages ne présentait pas de problèmes particuliers et les temps de repos et de roulage des chauffeurs avaient été respectés.

16 h 00: Confirmation du décès des deux accompagnateurs de Lommel. Les deux accompagnateurs de l'école communale primaire 't Stekske de Lommel, qui se trouvaient dans le bus accidenté mardi soir à Sierre, en Suisse, sont décédés, a confirmé mercredi après-midi le premier échevin de Lommel, Kris Verduyckt.
Il s'agit d'un professeur et d'un employé administratif.

15 h 50: Veillée de prières à Louvain. L'archevêque de Malines-Bruxelles, Mgr. Léonard, et Mgr Berloco, le nonce apostolique en Belgique, présideront une veillée de prière mercredi soir à 20h00 dans la Sint-Pieterskerk de Louvain pour soutenir les familles et les proches des victimes de l'accident de bus survenu mardi soir en Suisse, peut-on lire dans un communiqué de la Conférence épiscopale de Belgique.
Au cours de la veillée de prière, à laquelle tous ceux qui veulent exprimer leur soutien dans la prière sont invités, Mgr Berloco transmettra un message de condoléances et de soutien du Pape Benoît XVI à l'égard des personnes touchées par le drame.
Un évêque auxiliaire pour le diocèse de Malines-Bruxelles a également pris l'avion vers la Suisse avec les familles mercredi afin de les soutenir dans cette épreuve douloureuse.

15 h 45: Les parents conduits sur les lieux du drame ? La présidente de la Confédération Eveline Widmer-Schlumpf est arrivée vers 15h30 à Sion dans un hélicoptère. Elle participera à la conférence de presse prévue à 16h30.
Des hélicoptères Super Puma sont aussi attendus sur le tarmac de Sion en provenance de Genève. On ne sait pas encore si les familles des victimes seront conduites sur le lieu du drame.

15 h 35: Les familles des victimes arrivent à Genève. L'Airbus transportant des membres des familles des victimes de l'accident est arrivé, mercredi peu après 15h00, à l'aéroport de Genève, a appris l'agence de presse Belga. L'avion avait quitté l'aéroport militaire de Melsbroek en direction de Genève peu avant 14 heures.

15 h 15: Le Premier ministre en partance pour la Suisse. Selon notre journaliste à Melsbroeck, l'avion du Premier ministre Elio Di Rupo est en passe de décoller pour Sion, où il rejoindra les familles parties retrouver leur enfant. A bord de l'avion gouvernemental, il y a aussi le ministre-président flamand Kris Peeters, le ministres des Finances Steven Vanackere et le ministre de la Défense Pieter De Crem.

14 h 55: Encore beaucoup d'incertitudes sur le sort des enfants. L'incertitude demeure concernant le sort exact de 27 victimes de l'accident de bus survenu mardi soir à Sierre, en Suisse. On ne connaît pas encore l'état de santé précis de huit enfants d'Heverlee et de dix-sept enfants et deux accompagnateurs de Lommel. Les élèves de Heverlee étaient vraisemblablement assis à l'arrière du bus et seraient dès lors moins grièvement touchés.
Vingt-quatre enfants d'Heverlee se trouvaient dans le bus accidenté. On sait pour l'instant que seize d'entre eux sont blessés mais en vie.
L'incertitude règne toutefois sur le sort des huit autres. Les deux accompagnateurs d'Heverlee - un professeur et une monitrice de ski - sont eux décédés. L'école de Lommel avait 22 enfants et deux accompagnateurs adultes à bord du car. Cinq enfants ont déjà pris contact avec leurs parents mais on ne dispose pas encore d'informations précises sur le sort des dix-sept autres, ni sur celui des deux adultes. Les deux chauffeurs du bus sont décédés dans l'accident.

14 h 45: Chambre et Sénat ouvrent un registre de condoléances commun. Un hommage commun sera rendu aux victimes lors de la séance du 15 mars, ont indiqué mercredi après-midi les présidents des deux assemblées André Flahaut (PS) et Sabine de Bethune (CD&V)
Les présidents ont aussi présenté au nom de leurs assemblées respectives leurs condoléances aux familles, amis et enseignants des victimes de l'accident.
Ils souhaitent aux blessés un prompt et complet rétablissement, et espèrent qu'ils seront entourés des meilleurs soins tant en Suisse qu'en Belgique.

14 h 30: Le bilan de l'accident. Le Premier ministre a confirmé la mort de 28 personnes, dont 22 enfants, quatre accompagnateurs et les deux chauffeurs. 24 personnes sont blessées, une majorité d'enfants dont plusieurs sont dans un état grave. Trois enfants sont dans le coma.
Il y avait 10 enfants néerlandais dans l'autocar, un Allemand ainsi qu'un Polonais.
Elio Di Rupo a également annoncé que 7 membres de la Division d'identification des victimes (DIV) de la Police fédérale allaient rejoindre les spécialistes sur place pour aider à l'identification. Le Premier ministre a dit être en contact étroit avec le président du Conseil fédéral suisse et la présidence du canton du Valais.

14 h 25: Un jour de deuil national. Le Premier ministre Elio Di Rupo annonce qu'un jour de deuil national sera observé après la terrible catastrophe. les modalités seront connues ultérieurement.

14 h 15: Les ministres très affectés à l'entame du kern. C'est une "tragédie nationale" à laquelle le gouvernement peut réagir dans l'immédiat en organisant au mieux le soutien aux familles, a indiqué mercredi la vice-première ministre Joëlle Milquet (cdH), peu avant un comité ministériel restreint du gouvernement Di Rupo.
"Tous les Belges sont en deuil", a ajouté le vice-premier Steven Vanackere (CD&V). Le secrétaire d'Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet, était lui aussi présent à la réunion, destinée aussi à ce que tous les membres du gouvernement disposent des mêmes informations concernant cet accident aux circonstances toujours floues. "Voir ses enfants partir en vacances puis apprendre ce genre de nouvelles, c'est terrible", a commenté le vice-premier Open Vld Vincent Van Quickenborne. Son homologue du sp.a Johan Vande Lanotte a souligné la détresse des parents qui n'étaient pas encore sûrs du sort de leur enfant, et celle de ceux qui sont déjà fixés.

14 h 05: Les parents sont en route pour Genève. Un Airbus transportant des membres des familles des victimes de l'accident de car survenu mardi soir à Sierre, en Suisse, a décollé mercredi peu avant 14h de l'aéroport militaire de Melsbroek en direction de Genève, a constaté sur place l'agence de presse Belga.
Il s'agit d'un Airbus de la compagnie aérienne portugaise HiFly, qui loue l'avion de transport au ministère belge de la Défense.

Cet appareil devrait selon toute vraisemblance se poser à Genève, alors que d'autres vols militaires, effectués avec des appareils plus petits, pourraient se poser à Sion (Valais), un aéroport plus proche du lieu de l'accident.


14 h 00: Naissance d'une polémique sur la communication. Le bourgmestre de Louvain Louis Tobback (sp.a) a critiqué mercredi la communication des Affaires étrangères après l'accident de Sierre.
Il faudra avoir un débat sur cette communication, a dit le bourgmestre qui s'est étonné du fait que le chef de corps de la police de sa ville n'a été informé de l'accident qu'à 5H30 mercredi matin alors que celui-ci s'est produit peu après 21 heures mardi.

Il a aussi mis en évidence le fait que le ministre Didier Reynders avait sans doute été bien informé puisqu'il a pu communiquer depuis le Vietnam. "Mais la communication avec le cabinet à Bruxelles a été difficile".
Le gouverneur du Brabant flamand Lode De Witte a abondé dans le même sens, tout en ajoutant que le plan d'intervention psychosocial a bien fonctionné.
Louvain et le Brabant flamand sont directement concernés par cette tragédie puisqu'une partie des enfants à bord du car viennent d'une école d'Heverlee. Tous les élèves de la seule classe de sixième de l'établissement Sint Lambertus étaient du voyage ainsi que leur instituteur "Maître Frank". Celui-ci et la monitrice de ski, qui participait pour la dernière fois à des vacances d'hiver de l'école, comptent tous les deux parmi les victimes, puisqu'aucun des adultes à bord n'a survécu.

13 h 45: Il y avait 10 enfant néerlandais dans le bus. Dix enfants de nationalité néerlandaise, et non neuf comme indiqué au départ, se trouvaient dans le bus accidenté mardi soir à Sierre, dans le Valais (Suisse). Neuf enfants venaient de l'école primaire 't Stekske de Lommel et un enfant venait de l'école primaire d'Heverlee, près de Louvain, a indiqué mercredi le Ministère néerlandais des Affaires étrangères de La Haye.
On ne connaît pas encore l'état de santé de ces enfants.
Un enfant de nationalité allemande faisait également partie du groupe scolaire Lommelois.

13 h 30: le couple royal a quitté Melsbroeck peu avant 13 heures.

Sur les neuf enfants de nationalité néerlandaise fréquentant l'école de Lommel, huit vivent en Belgique, le neuvième habitant aux Pays-Bas. On ne connaît pas le lieu de résidence de l'enfant néerlandais fréquentant l'école d'Heverlee.

13 h 15: Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, présente ses condoléances.Il s'est exprimé "au nom de l'union européenne et en [son] nom personnel". "Ce qui aurait dû être de belles retrouvailles s'est transformé pour toutes ces familles en une vraie tragédie", a-t-il déclaré sur Twitter. Avant lui, plusieurs personnalités européennes avaient également tenu à réagir.

12 h 40: Le Parlement européen a observé une minute de silence. Le Parlement européen, réuni cette semaine à Strasbourg, a observé une minute de silence mercredi midi. Le président de l'assemblée, l'Allemand Martin Schulz, a tenu à présenter les condoléances de l'institution aux familles des victimes.

"Tout le monde ici a des enfants ou se souvient de sa relation avec ses parents. Tout le monde comprendra donc ce que l'on ressent lorsqu'on envoie un enfant en voyage scolaire sans jamais le voir revenir", a dit Martin Schulz.

Celui-ci a présenté ses condoléances aux parents des enfants décédés dans l'accident, ainsi qu'à l'ensemble du gouvernement fédéral et au roi Albert II.
Martin Schulz a également indiqué avoir eu un bref contact téléphonique avec le Premier ministre Elio Di Rupo.

12 h 33: Un kern pour décréter un deuil national ? Initialement prévue à 13h30, la réunion du comité ministériel restreint est avancée à 13 heures. Le kern pourrait décider de décréter un deuil national. Immédiatement après la réunion, le Premier ministre partira pour la Suisse, accompagné du ministre président flamand Kris Peeters.

12 h 30: Les chauffeurs étaient bien reposés, selon Melchior Wathelet. Les chauffeurs de la compagnie Toptours, à laquelle appartenait le bus qui a percuté un mur en béton mardi soir à Sierre, étaient arrivés en Suisse lundi. "Il n'y a donc pas, à première vue, de problème de temps de travail, ni de repos. Ils étaient en route depuis environ une heure quand l'accident a eu lieu", indique le cabinet du secrétaire d'État à la Mobilité.
Le cabinet du secrétaire d'État Melchior Wathelet (cdH) précise dans un communiqué que l'autocar appartient à la société Toptours, dont le siège est à Aarschot. "Il s'agit d'une entreprise sérieuse qui remplit les conditions d'accès à la profession", indique le communiqué.

Le bus impliqué dans l'accident était en ordre de contrôle technique. Il y était passé en octobre 2011 et celui-ci était valable jusqu'à la mi-avril 2012.
Le secrétaire d'État pense d'abord aux familles des jeunes victimes. "Ce qui doit être notre priorité pour l'instant, c'est de tout mettre en oeuvre pour que les parents arrivent vite sur place", souligne le communiqué.

12 h 25: Le couple royal et le Premier ministre sont arrivés à Melsbroeck. Ils rencontren t les familles des victimes avant le départ de celles-ci pour la Suisse.

12 h 20: L'école de Lommel la plus touchée. Il semble que les victimes de l'accident de Sierre soient surtout des élèves de l'école de Lommel. Ceux de l'école d'Heverlee étaient probablement installés à l'arrière de car, a dit mercredi le bourgmestre de Louvain Louis Tobback.
Le bourgmestre a encore indiqué que selon ses informations, sur les 24 élèves d'Heverlee qui se trouvaient à bord du bus, 16 à 18 seraient en vie. Sur le sort des autres on ne sait encore rien. Deux accompagnateurs d'Heverlee, une monitrice et un instituteur sont décédés dans l'accident.

Louis Tobback a aussi critiqué la communication des Affaires étrangères. L'école a rassemblé les photos des élèves qui se trouvaient dans le car et les a fournis aux Affaires étrangères, a-t-il encore dit.
Louis Tobback a encore précisé que la ville avait pris contact avec le service d'aide aux victimes de l'hôpital du Gasthuisberg et que la société des transports De Lijn avait mis des bus à disposition.

12 h 00: Deux enfants de l'école primaire 't Stekske à Lommel ont pu contacter leurs parents, ont indiqué les autorités lors d'une conférence de presse mercredi matin. Vingt-deux enfants et deux adultes de l'établissement scolaire lommelois se trouvaient dans le bus ayant percuté un mur en béton mardi soir en Suisse. L'état de santé des vingt autres enfants n'est pas encore officiellement connu.

L'identification des corps est encore en cours en Suisse, ont indiqué le commandant des pompiers de Lommel Jan Jorissen et le premier échevin Kris Verduyckt (sp.a) lors de cette conférence de presse. "Le bourgmestre Peter Vanvelthoven est aussi parti pour Melsbroek. Notre ville est gravement touchée par cette tragédie", a déclaré Kris Verduyckt.

Le commandant des pompiers a par ailleurs précisé que neuf enfants de nationalité néerlandaise se trouvaient aussi dans le bus avec la classe lommeloise. Plus tôt, il avait été question de sept écoliers néerlandais.
Vers midi, le premier échevin Kris Verduyckt donnera plus de précisions sur les démarches qu'entreprendra la ville de Lommel dans le cadre de la tragédie.

11 h 45: Un premier bus, transportant vraisemblablement des membres des familles des victimes de l'accident ainsi que le Premier ministre Elio Di Rupo, est arrivé mercredi vers 11h30 à l'aéroport militaire de Melsbroek, a constaté sur place l'agence BELGA.
Le car aux vitres fumées, appartenant à une société de Lommel, s'est engouffré dans les installations militaires sous les objectifs de nombreuses caméras et appareils photographiques de la presse, présente en force aux grilles de l'aéroport. Plusieurs voitures officielles - de l'armée, du ministère de la Santé - ainsi que des ambulances ont également été aperçues franchissant les grilles de l'aéroport, où les effectifs de la garde ont été renforcés, tout comme ceux des polices fédérale et locale, dans l'attente de l'arrivée de plusieurs ministres et du Roi, dans la foulée de M. Di Rupo, arrivé à 11h40.

T.N. avec agences
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK