Abus sexuels au sein de l'Eglise: la chambre des mises poursuit la procédure

La juge d'instruction Colette Calewaert en charge du dossier Calice.
La juge d'instruction Colette Calewaert en charge du dossier Calice. - © VER - BELGAIMAGE

L'opération Calice, l'enquête judiciaire relative aux abus sexuels commis au sein de l'église catholique, peut se poursuivre, a estimé mercredi la chambre des mises en accusation. Les procès-verbaux dont la disparition avait été constatée en octobre 2012 ont été remplacés par des copies, selon la chambre.

Les 445 pv ont disparu peu de temps avant le remplacement du juge d'instruction Wim De Troy par la juge d'instruction Colette Calewaert. Une partie de ceux-ci auraient été jetés à la poubelle par erreur par une femme de ménage, mais une autre partie aurait été ramenée à son domicile par la greffière du juge De Troy sans que ces documents ne réapparaissent. Lorsque la juge Calewaert a repris le dossier, elle a constaté la disparition des pièces et a dressé un procès-verbal.

Des copies pour reconstituer le dossier

Le dossier a été reconstitué grâce à des copies et la chambre des mises en accusation de Bruxelles a ordonné en février de l'an dernier la poursuite de l'enquête. Cet arrêt a cependant été cassé par la Cour de cassation. Lorsque une nouvelle chambre des mises en accusation s'est penchée sur l'affaire, il est apparu que le nombre de pièces manquantes dépassait les 445 initialement dénombrées. Des nouvelles copies ont entre-temps été rajoutées au dossier mais la procédure devait, selon Me Fernand Keuleneer, l'avocat de l'archevêché et du cardinal Danneels, être interrompue, des questions subsistant quant au caractère complet du dossier.

La chambre des mises n'a pas suivi ce raisonnement. La juge d'instruction Calewaert a entre-temps bouclé son enquête et a transmis le dossier au parquet fédéral qui doit maintenant décider qui il va poursuivre.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK