À Strasbourg, il est désormais interdit de fumer dans les parcs et jardins publics

À Strasbourg, il est désormais interdit de fumer dans les parcs et jardins publics
À Strasbourg, il est désormais interdit de fumer dans les parcs et jardins publics - © Tous droits réservés

La bataille contre le tabac continue. C’est désormais dans les parcs et jardins publics que la cigarette pourrait être totalement interdite, à commencer par Strasbourg. La capitale alsacienne a en effet officiellement adopté la mesure. 

"Un enjeu de santé publique". C’est ce qu’estime Alexandre Feltz, l’adjoint au maire en charge de la santé de la ville de Strasbourg. "Plus de 60 %, dans l’étude qu’on a faite, sont favorables à cette démarche parce qu’ils ont envie d’arrêter", ajoute-t-il.

Une question sanitaire cruciale

Strasbourg avait déjà banni le tabac sur la totalité de ses aires de jeux pour enfants, en 2015. Selon Alexandre Feltz, il est "important que les enfants voient de moins en moins souvent et de moins en moins des adultes qui fument". Parcs et espaces verts devraient ainsi être synonyme de santé et de bien-être. C’est d’ailleurs, d’après l’adjoint au maire en charge de la santé, dans cette optique que les parcs ont été créés dans les années 1900.
Strasbourg suit ainsi l’exemple de New York où il est également interdit de fumer dans les parcs. Là-bas, le taux de fumeurs est d’environ 15 % contre 27 % en France.

Moins de pollution

À partir de 2019, les fumeurs contrevenants devront payer une amende de 68 euros.
Pour les défenseurs de la mesure, il s’agit aussi de lutter contre la pollution. Un mégot de cigarette peut mettre jusqu’à 2 ans pour se dégrader et peut polluer jusqu’à 500 litres d’eau. De plus, les mégots sont composés de produits cancérigènes et de perturbateurs endocriniens. "Ces éléments vont, à travers le filtre et l’eau, se retrouver dans les nappes phréatiques et on va boire cette eau", explique encore Alexandre Feltz.
Ainsi, il est également très important de réduire le nombre de fumeurs pour préserver l’environnement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK