A partir de quel taux de vaccination pourra-t-on laisser tomber le masque ?

Si vous espériez une réponse ferme et définitive à cette question, ce n’est pas Yves Van Laethem qui vous la donnera. Le porte-parole interfédéral pour la lutte contre le Covid-19 était interrogé sur ce point lors de la traditionnelle conférence de presse ce vendredi.

"Il n’y a pas vraiment un taux bien précis déterminé, a commencé Yves Van Laethem. Le but c’est qu’avec l’augmentation de la vaccination et l’amélioration de la situation épidémiologique, on puisse arriver le plus rapidement possible à différents assouplissements dont celui-là."

L’issue dépendra notamment de la présence de variants qui pourraient poser des problèmes de transmission et de sévérité du virus.

Se protéger... et protéger les autres

Et le médecin d’ajouter : "Quand on porte un masque, on le porte pour soi et pour les autres, en respect par rapport aux autres qui n’ont pas encore eu l’occasion d’être vaccinés ou ont un vaccin qui a donné de moins bon résultat en fonction de pathologique sous-jacentes que ces personnes pouvaient avoir."

Dès lors, "il est important de continuer à considérer ce port du masque dans un sens de gestion globale et de participation personnelle à la gestion globale de la diminution de la transmission".

Yves Van Laethem conclut qu'"à l’extérieur, ce masque n’a de raison d’être que dans les endroits avec beaucoup de mondes : magasins, rues commerçantes, regroupements trop nombreux dans un jardin…" Sans oublier évidemment les endroits où les communes ont rendu ce port du masque obligatoire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK