A onze ans, elle dit avoir échappé au mariage forcé et témoigne sur YouTube

Capture d'écran YouTube
Capture d'écran YouTube - © YOUTUBE

Nada al-Ahdal est une petite fille de onze ans originaire du Yémen. Son visage est désormais connu sur la Toile car elle est la protagoniste d'une vidéo où elle dénonce ses parents qui l'ont vendue deux fois en mariage, selon son témoignage. Deux fois, elle s'est enfuie, raconte-t-elle. Sur YouTube, Nada raconte comment elle est parvenue à éviter le mariage et comment elle "préfère mourir plutôt que d’avoir à se marier ou retourner chez ses parents".

La vidéo a été vue 1,5 million de fois en 24h00 et atteint ce mardi les cinq millions de vues. Elle a été publiée par Memri TV, une organisation qui se présente comme voulant "lancer des ponts pour rapprocher l'Occident du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud-est". Il s'agit d'un groupe qui affiche clairement sa volonté de promouvoir les idées "réformistes" dans le monde musulman. Basée à Washington, cette organisation est donc idéologiquement orientée. Son président, Oliver Buck Revell, est un ancien dirigeant du contre-terrorisme au sein du FBI, renseigne le site de l'organisation.

Quoi qu'il en soit, le témoignage de Nada est authentique et le mariage forcé des (très) jeunes filles reste une réalité préoccupante au Yémen. On se souvient que le cas de la mort d'une jeune adolescente de 13 ans, mariée de force, et décédée des suites d'une "hémorragie vaginale" avait suscité l'émoi et jeté une lumière crue sur des pratiques en cours dans certaines parties du Yémen.

Comme elle rappelle elle-même, comme elle le rappelle elle-même ; "J’ai réussi à me sortir de mes problèmes mais certains enfants innocents n’ont pas cette chance. Je ne suis pas la seule. Il y a de nombreux enfants dans ce cas. Certains décident de se jeter dans la mer. Ils sont morts maintenant."

"Je ne peux plus vivre avec ma famille. Je préfère mourir"

Dans le clip dont il est cette fois question, Nada al-Ahdal, onze ans parle de sa famille et dénonce le mariage forcé.

"C’est vrai que je me suis échappée de chez moi. Je ne peux plus vivre avec ma famille. Je préfère mourir. Je veux vivre avec mon oncle plutôt qu’avec ces gens-là. Ils ont menacé de me tuer si je retournais chez mon oncle. Je ne retournerais pas vivre avec eux. Jamais. C’est criminel. Tout simplement criminel. Ma tante maternelle avait quatorze ans lorsqu’elle s’est immolée par le feu. Elle avait été mariée de force à treize ans. Elle en est morte."  

Nada a grandi avec son oncle paternel, Abdel Salam al-Ahdal, dans la capitale du Yémen. Lorsque ses parents décident de la marier pour la première fois, l’homme n’hésite pas à intervenir ; "Nada n’avait même pas onze ans; elle avait dix ans et trois mois. Je ne pouvais pas permettre ce mariage. Surtout après le suicide de sa tante, victime d’un mariage forcé."

Les parents n’ont pas mis très longtemps avant d’essayer de marier une nouvelle fois leur fille. Ils avaient convaincu l’oncle de Nada de la laisser chez eux pendant le ramadan pour mener à bien leurs projets. Mais, la petite fille s’enfuie et retrouve son oncle quelques jours plus. Abdel Salam al-Ahdal a saisi la justice et obtenu des parents la garde de leur fille.

Julien Vlassenbroek (@julienvlass) et A. B.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK