A Istanbul, on peut payer son trajet de métro en recyclant ses déchets

A Istanbul, on peut payer son trajet de métro en recyclant ses déchets
A Istanbul, on peut payer son trajet de métro en recyclant ses déchets - © Isbak

En Turquie c’est une initiative originale qui a été développée par la ville d’Istanbul pour encourager le recyclage : des machines qui recyclent les bouteilles vides apportées par les usagers dans le métro... et qui leur permettent de payer ainsi leur trajet dans le réseau de transport en commun.


17.000 tonnes de déchets ménagers chaque jour, c’est ce que produisent les habitants de la métropole turque.

L’initiative conçue par la municipalité du Grand Istanbul vise donc à réduire – un peu – ce nombre : fin octobre une vingtaine de machines capables de recycler le plastique et l’aluminium ont été installés dans les stations du métro. Il devrait y avoir dans tout le réseau près d’une centaine de ces machines, d’ici la fin de l’année.

De quoi améliorer un peu le taux de recyclage en Turquie, le plus faible du continent malgré certaines initiatives prises ces dernières années.

Le gouvernement qui a lancé un programme très optimiste, visant l’objectif du " zéro déchet " pour l’année 2023. Mais il ne s’agit pas que de recyclage, il y a aussi une motivation financière avec ce système, puisque les Stambouliotes peuvent créditer leur "Istanbulkart", la carte de transport urbain, pour chacune des bouteilles de plastique ou des canettes de métal traitées par les appareils du métro.

En revanche les mauvaises langues diront que le montant versé pour chacune bouteille est insuffisant pour motiver les consommateurs à recycler : à peine un centime d’euro pour les contenants les mieux payés. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK