"À défaut de refinancer la justice, je pense que nous connaîtrons des reculs démocratiques épouvantables"

On l’appelle le shérif ou encore Monsieur 100 millions pour les sommes d’argent qu’il parvient à faire rentrer dans les caisses de l’Etat. Le juge d’instruction bruxellois, Michel Claise, a fait de la lutte contre la criminalité financière son cheval de bataille: le Footballgate, le Libyegate, HSBC, UBC.


►►► A lire aussi: A Votre Avis : "On démantèle nos moyens de lutte contre l'évasion fiscale", affirme Michel Claise


Invité de La Première mardi matin, il revient avec nous sur les enjeux de cette criminalité financière et le manque de moyens pour lutter contre cette dernière, que le monde politique semble ne pas voir.

"C’est un problème de tous les temps. Depuis que je pratique cette profession, je n’ai pas connu de gouvernement, qu’il soit de tendance majoritaire de gauche ou de droite, qui ait pris en main la connaissance de ces métastases qui démolissent nos sociétés démocratiques dans le monde et la Belgique. Et puis je ne comprends pas qu’il n’y ait pas eu des réactions."

Manque de moyens pour traquer la criminalité financière

Il précise que la fraude fiscale coûte environ 2000 euros pour les citoyens européens. "En Belgique, on tourne autour des 6% d’évasion fiscale, ce qui n’est même pas la grande criminalité financière. 6% du PIB brut, c’est entre 25 et 30 milliards par an qui s’en vont, alors qu’on cherche à trouver 4 à 5 milliards pour boucler un budget. Il y a tout de même là une dichotomie qui me laisse quelque peu pantois."

Mais à ce stade, la justice n’a pas les moyens pour traquer cette criminalité : problèmes structurels, pas assez de moyens, pas assez de personnel qualifié. "Si on commençait par prendre en considération qu’il est fondamental de lutter contre ce phénomène, ça entraînerait peut-être le monde politique à reconsidérer les budgets."

Il manque 10% du cadre au tribunal de première instance

Concrètement, selon lui, il faut commencer par reconstituer les corps de police. "Les policiers spécialisés sont en sous nombre et ça s’aggrave quand ils partent à la retraite puisqu’ils ne sont pas remplacés. Idem dans la magistrature. Comment voulez-vous que l’on mène des grands procès jusqu’au bout de manière certaine ? Il faudrait plus de magistrats. Il manque 10% du cadre au tribunal de première instance. Nous, les juges d’instruction, nous travaillons le week-end pour tenter pallier à ça. Il y a un réel manque de moyens. Et je vous passe le parquet, qui fait un travail incroyable, mais qui est en sous nombre également."

90% des dossiers avec des soupçons de blanchiments n’arrivent jamais sur la table d’un juge d’instruction. Toutes les structures manquent de moyens, insiste-t-il. C’est aussi le cas de la CTIF, la cellule de traitement des informations financières. "La CTIF fourni au parquet des centaines de dossiers avec des suspicions d’opérations de blanchiment d’argent. Mais par manque de moyens 90 à 95% des dossiers ne sont pas examinés par manque de personnel. C’est gigantesque."

Une indifférence qui est, selon lui, tout à fait consternante. "Quand les magistrats dénoncent cette situation intenable, ils n’ont aucune réponse du politique. A défaut de refinancer la justice, je pense que nous connaîtrons des reculs démocratiques épouvantables. En matière civile par exemple, devant la cour d’appel de Bruxelles, si vous introduisez une affaire en 2019, vous aurez peut-être une chance qu’elle soit prise en 2024, à condition que tout le monde soit encore vivant bien sûr."

Ce n’est pas la justice qui est défaillante, ce sont les moyens qui nous sont donnés

Le bilan du gouvernement sortant et particulièrement du ministre de la justice, Koen Geens (CD&V) est mitigé pour Michel Claise. "Il a poussé un certain nombre de réformes sur le plan législatif tout à fait remarquables, mais il a aussi pris une série de mesures qui ne conviennent pas. Dans la période juste avant les élections, il a annoncé qu’il fallait refinancer la justice et qu’il fallait au moins 700 millions. Mais bon sang de bonsoir, qu’a-t-il fait pendant qu’il était ministre, si ce n’est par exemple de créer, devant la cour d’appel, une chambre spécialisée dans les litiges des multinationales. Mais bon sang de bonsoir, je ferais passer les gens avant les multinationales, qui ont largement les moyens de se payer de l’arbitrage privé."

Le cas notamment de Julie Van Espen, a mis en lumière les problèmes d’appel. "Ce n’est pas la justice qui est défaillante, ce sont les moyens qui nous sont donnés. La modernisation de la justice devrait être une priorité absolue, de même que le problème des prisons. Mais pour cela, il faut une rebudgétisation extrêmement importante. La justice est pilier démocratique et l’ennemi de la vengeance. Imaginez un jour : parce qu’on ne peut obtenir justice par la voie légale, les gens vont peut-être retourner à cette bonne vieille pratique d’arranger les bidons eux-mêmes, ce serait évidemment une catastrophe épouvantable."


►►► A lire aussi: Décès de Julie Van Espen : la Cour d’appel justifie la remise en liberté de l’auteur présumé par un manque de moyens


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK