A Berlin, la maison intelligente passe du rêve à la réalité

Stand aménagé en maison de Deutsche Telekom au salon IFA de Berlin, le 5 septembre 2014
Stand aménagé en maison de Deutsche Telekom au salon IFA de Berlin, le 5 septembre 2014 - © Tobias Schwarz

Maîtriser sa consommation d'énergie, recevoir un rappel pour prendre ses médicaments, faire ses courses depuis le frigo... La maison connectée n'est plus seulement un rêve, elle est à portée de main selon les acteurs du salon IFA de Berlin.

Déjà, dans les années 80, les innovateurs ne juraient que par la "domotique". Mais pendant trente ans, nombre d'entreprises se sont cassées les dents sur cette centralisation des besoins domestiques: trop de câbles, interfaces très chères, problèmes de compatibilité entre objets de différents fabricants... Les obstacles ont eu raison des plus ambitieux.

Pour l'édition 2014 de la grand messe de l'électronique berlinoise, le phénix renaît de ses cendres. La domotique est morte, vive la maison "connectée" ou "intelligente".

Elle est sur le point de devenir "un marché de masse bien réel", assure Lisa Arrowsmith du cabinet spécialisé IHS, notamment grâce à "la montée en puissance du smartphone et de son rôle d'interface capable de contrôler à distance de nombreux appareils, comme des thermostats, des prises électriques connectées ou des systèmes de sécurité".

Signe de l'engouement ambiant, le coréen Samsung a donné vendredi à Berlin une conférence sur "la maison du futur". En quelques images, le fabricant de mobiles a livré sa vision à l'horizon 2020: cuisiner en suivant les instructions d'un hologramme pour la recette, éteindre les lumières oubliées depuis son poste de travail, garder trace de ses séances de sport et se faire coacher à distance... Tout cela au bout des doigts, sur un smartphone ou une tablette.

"Pour beaucoup, ceci est encore une vision, mais le changement est en route, et il arrive à toute vitesse", a promis BK Yoon, l'un des trois responsables de Samsung.

Course à l'innovation

Le groupe coréen s'est offert en août Smart Things, une start-up de Washington spécialisée dans les objets connectés, pour une somme estimé à environ 200 millions de dollars.

En janvier, le géant américain Google avait racheté la start-up Nest Labs, connue pour ses alarmes anti-incendie et ses thermostats intelligents. Le géant de l'Internet avait déboursé 3,2 milliards de dollars pour la troisième plus grosse acquisition de son histoire.

"L'Internet des choses (les objets connectés, ndlr) est le progrès qui était nécessaire pour que la maison du futur se réalise", explique Annette Zimmermann, analyste du cabinet Gartner.

La bataille est désormais lancée dans le monde du tout sans fil. L'an dernier 17 millions de dispositifs domotiques sans fil ont franchi le seuil de nos maisons, selon la société d'analystes ABI Research. Leur nombre devrait dépasser le demi-milliard d’unités d'ici 2018, selon ses estimations.

Microsoft tente déjà de coloniser le salon avec sa console de jeux Xbox qui détecte les mouvements et la parole grâce à son système Kinect. Apple a annoncé à l'été Home Kit, une plateforme permettant de centraliser les informations des objets connectés compatibles avec la marque à la pomme, et un espace où les développeurs pourront créer les applications nécessaires.

La plupart des grandes sociétés technologiques y travaillent car aucune ne souhaite voir son concurrent verrouiller le marché.

Protection des données

"La concurrence est féroce parce que le marché est ouvert. Les consommateurs adoptent de nouveaux produits, et ce sont leurs usages qui forment le futur", explique Julien De Preaumont, directeur marketing de Withings, une des pionnières des objets connectés en France, sa start-up a démarré en proposant une balance intelligente, capable de garder l'historique des poids de son utilisateur.

"Les objets seront de plus en plus connectés, comme lorsqu'ils se sont électrisés. Bientôt, tout cela ne sera même plus un sujet", assure-t-il.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK