A 11 ans, il réussit à prendre un avion sans billet ni passeport

Un petit garçon de 11 ans a réussi à déjouer toutes les sécurités de l'aéroport de Manchester
Un petit garçon de 11 ans a réussi à déjouer toutes les sécurités de l'aéroport de Manchester - © EPA/IMRE FOLDI HUNGARY OUT

A 11 ans, le petit Liam Corcoran a semé un certain émoi en Grande-Bretagne. En pleine fugue, il a en effet réussi à monter dans un avion Jet2.com à destination de Rome, sans billet, ni passeport. Mais surtout sans que personne ne s’en rende compte. Une aventure qui pose question alors que les Jeux Olympiques sont sur le point de démarrer.

L’histoire a de quoi remettre en question la sécurité des vols à l’approche des Jeux de Londres. Un petit garçon, qui avait faussé compagnie à sa mère dans un centre commercial, a réussi à se rendre au proche aéroport de Manchester et à monter dans un avion pour Rome, sans billet ni passeport.

Selon le Manchester Evening News, le personnel responsable a été suspendu et une enquête a été ouverte.

Toujours selon le journal, Liam s’est rendu au terminal 1, bondé à l’occasion des départs en vacances, et s’est mêlé à une famille. Le personnel de sécurité ne se serait pas rendu compte qu’il était en fait seul et sans billet ni passeport.

Une fois la sécurité passée, le petit garçon se serait rendu à une porte d’embarquement, suivant la file des passagers entrant dans l’avion. Là encore, personne ne lui aurait demandé ni son identité, ni de billet.

Pas plus de vérification une fois dans l’avion : il semble que le personnel n’ait pas compté le nombre de passagers.

C'est seulement quand Liam s'est vanté d’être parti de chez lui à des passagers, que l’équipage s'est alerté.

L’avion atterri à Rome, le personnel a alors empêché Liam de sortir, l’avion devant de toute façon repartir pour Manchester. Avec 80 minutes de retard cependant, l’équipage de l’avion étant interrogé par la police des frontières italiennes.

D’après des témoignages de passagers, il semble que le petit garçon n’ait pas du tout été stressé par la situation. Bien au contraire.

Le personnel, lui, aurait beaucoup moins bien vécu la situation…

J.C.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK