83 personnes infectées lors d’une soirée dans un club réservée aux vaccinés et aux récemment rétablis : faut-il s’en inquiéter ?

Le 1er octobre, les discothèques et clubs bruxellois pourront rouvrir leurs portes à condition de mettre en place la vérification du Covid Safe Ticket, accordé uniquement aux personnes vaccinées, récemment rétablies, ou testées négatives.

Mais cela garantit-il vraiment l’absence de contaminations ? Plusieurs exemples de super contaminations aux Pays-Bas et en France après des soirées en discothèque avaient fait planer le doute : on soupçonnait des triches sur les QR codes, et aux Pays-Bas des conditions trop souples par rapport aux délais des tests ou de la seconde dose de vaccin.

Mais un nouveau cas pose question, survenu en Allemagne la semaine dernière : un club de Munster avait en effet organisé le 3 septembre une fête réservée aux vaccinés et aux personnes rétablies.

Et sur les 380 personnes présentes, pas moins de 83 ont été contaminées. Jusqu’ici, tous les certificats vérifiés étaient pourtant valides, selon la presse allemande. Et les conditions d’hygiène (dont la ventilation) étaient jugées "exemplaires" par l’administration.

Un cas qui rejoint les inquiétudes exprimées par Simon Dellicour cette semaine : "Quels sont les risques réels s’il n’y a plus aucune prudence chez les vaccinés, à partir du moment où aucun vaccin n’est efficace à 100%, et que celle-ci est encore un peu plus réduite avec le variant Delta ?"


Lire aussi : Coronavirus en Belgique : raisonnable de relâcher encore ? "Il faudrait attendre pour les discothèques"


 

Il est en effet prouvé que le vaccin réduit très fortement les risques de cas graves. Mais avec le variant delta, plus contagieux, la réduction du risque de transmission n’est pas aussi élevée qu’estimée lors des premiers tests, avec le variant classique. On a donc une réduction du risque, mais dans un contexte (lieu clos, contacts rapprochés, personnes qui parlent fort à cause de la musique) où tout est propice à de "super contaminations" par contamination aérosol.

L’élément rassurant, c’est que la protection contre les cas graves n’est elle pas remise en cause : selon les journaux allemands, les 83 contaminés n’ont développé que de légers symptômes, voire pas de symptôme du tout.

Et d’autre part, il s’agit du seul événement de ce type (appelé "2G" en Allemagne), ouvert aux vaccinés et aux personnes rétablies, à avoir provoqué une contamination massive comme celle-là, au contraire de ce qui s’était passé aux Pays-Bas et en France en juillet, où les foyers s’étaient multipliés.

Extrait du comité de concertation:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK