80 lits pour les migrants du parc Maximilien

C’est une initiative bénévole, menée par la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés : 80 lits pour permettre aux migrants du parc Maximilien de dormir à l’abri. Ce sont d’anciens bureaux paysagers inutilisés qui ont été convertis en dortoirs, avec couvertures et draps propres.

Le bâtiment a été mis à disposition par la ville de Bruxelles, de même qu’un véhicule et qu’un service de blanchisserie. Tout le reste est amené et organisé par les bénévoles.

Ils sont une centaine à se relayer pour assurer la présence d’une quinzaine d’entre eux pendant les heures d'ouverture. Un petit déjeuner - tartines, thé et café - est servi chaque matin par deux associations ("Serve the city" et "Les cuistots solidaires"). Des douches seront également bientôt disponibles, grâce à une collecte sur Facebook.

270 migrants hébergés par des citoyens

Les navettes entre le parc et le centre, situé à Haren, sont également assurées par des citoyens, selon le même principe que celui déjà utilisé pour loger des migrants chez des habitants dans toute la Belgique. Le recours aux logements chez l’habitant reste d’ailleurs nécessaire : cette nuit par exemple, outre les 80 migrants hébergés au centre, 15 ont été pris en charge par le Samu social et les 270 restants ont dormi chez des citoyens.

Le centre restera ouvert jusqu’au printemps. Il sera baptisé "La porte d’Ulysse", du nom de ce jeune scout qui avait été renversé par une voiture en novembre et dont les proches ont, en son souvenir, contribué financièrement à la réalisation du projet.

>>> A lire aussi: dans les coulisses de l'opération d'hébergement des migrants au Parc Maximilien

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK