75 ans plus tard, deux anciens soldats, allemand et britannique, se rencontrent en Normandie

Ils auraient pu se rencontrer il y a 75 ans, en plein débarquement, en Normandie. A cette époque, Harry Read a 20 ans, il est parachutiste. Avec ses compagnons de la 3ème Brigade des paras britanniques, il est largué, la nuit du 5 au 6 juin 1944, au-dessus de la ville de Bavent-Robehomme, à quelques kilomètres de Cabourg. Ce n'est aujourd'hui plus un inconnu: c'est lui qui, hier, est revenu en Normandie par les airs. A 95 ans, il a sauté en parachute dans la même région, comme il y a 75 ans.

Paul Golz a, lui, 18 ans. Il est Allemand. Le 6 juin 1944, il doit se rendre aux Américains. Pour lui, la guerre est finie et il l'a perdue, comme il a perdu de nombreux camarades. Chez lui, en Allemagne, la guerre n'est pas encore terminée. Il l'ignore encore mais son père a été tué par l'armée russe; une de ses sœurs, violée. Prisonnier de guerre, il est emmené en Ecosse, où il apprendra l'anglais.

Hier, 75 ans après cette journée inoubliable, Harry et Paul se sont rencontrés, pour la première fois.

"Nous sommes frères"

Cela s'est passé dans un petit café de Cabourg, à l'initiative de la chaîne de télévision britannique Channel 4.

Je suis très heureux de vous voir et de toucher votre main ", déclare rapidement Harry, devant l’air amusé de Paul. "Autrefois, nous n’étions pas du même côté mais nous sommes des partenaires de la reconstruction du monde." "Vous et moi, nous sommes pareils", lui répond alors Paul.

Harry s'était-il imaginé rencontrer un soldat de l’autre camp ? "Pas à cette époque", concède Harry. "Même si mon bon sens me disait qu’il y avait des gens très pacifiques en face, qui étaient souvent réduits au silence."

Que conseille Paul aux jeunes générations ? "Regardez les cimetières, avec tous ces gens qui sont morts pour nous. Cela fait 75 ans que nous vivons en paix, gardez cette paix intacte."

En se quittant, Paul a alors déclaré: "Maintenant, nous sommes amis". Une phrase à laquelle Harry a répondu: "Nous sommes plus que ça. Nous sommes frères." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK