700 motards manifestent contre le contrôle technique moto à Bruxelles

L’Union Européenne, dans une directive, impose un contrôle technique pour les motos et les scooters qui n’existe pas pour le moment en Belgique. Il devrait entrer en vigueur dès janvier prochain chez nous. Une association de motards s’est constituée spécifiquement pour s’opposer à ce contrôle technique obligatoire. Ses membres manifestent cet après-midi à Bruxelles.

Tous les deux ans

Objectif du contrôle technique moto : réduire la pollution de l’air et la pollution sonore mais surtout améliorer la sécurité routière. En Belgique, en 2019 (oublions 2020 dont les chiffres sont biaisés par la moindre circulation due au confinement), il y a eu 2804 motards blessés lors d’un accident de la route à et 84 décès, selon les chiffres de VIAS.

2 images
700 motards manifestent contre le contrôle technique moto à Bruxelles © Tous droits réservés

Pourtant, pour les motards, le contrôle technique n’améliorera rien, "c’est une aberration, s’offusque un manifestant. Rouler à moto, ça implique d’avoir en permanence la maîtrise de son véhicule. Tout motard dont la moto présente la moindre défectuosité va réagir immédiatement !".

Pour son camarade, pour améliorer la sécurité routière, il y a bien d’autres priorités, "Ça ne sauvera pas une seule vie. Les accidents de moto, ils sont dus à l’état des routes, pas à l’état des motos ! Si c’était vraiment pour la sécurité, pourquoi ne pas faire de contrôle des vélos et des trottinettes aussi ?"

Vache à lait ?

La directive européenne prévoit une visite de contrôle tous les deux ans pour les motos ou en cas de revente ou d’accident. Une visite, comme pour les voitures, payante. Le porte-parole et organisateur de la manifestation Paul Roget soupçonne donc un intérêt financier pour des autorités : "c’est uniquement une histoire financière. Nous entretenons nos motos comme des amoureux, parce que notre peau en dépend. Un motard qui roule avec des pneus lisses, une suspension ou des freins défaillants, met sa propre vie en jeu, contrairement à un automobiliste qui met la vie des autres en jeu".

Nous entretenons nos motos comme des amoureux, parce que notre peau en dépend

"C’est uniquement fait pour gagner de l’argent sur notre dos, renchérit son voisin. On va payer les visites et l’Etat prendra la TVA. C’est vraiment une histoire de fric".

Pour les scooters uniquement

Les manifestants dénoncent une mauvaise interprétation des statistiques. Pour eux, il faut distinguer les accidents de motos et ceux de scooters. C’est plutôt du côté des scooters qu’il faudrait surveiller la sécurité et l’entretien selon eux : "Il y a motard et motard, s’emporte un manifestant. Il faut aller voir ce qu’il se passe sur les scooters, ceux qui font des rodéos, c’est là qu’est le danger. Nous prenons soin de nos motos comme de notre bébé. Regardez ici, il y a des centaines de machines, aucune n’a un problème de sécurité".

Sans compter une petite contrainte pratique que soulève une des rares femme du rassemblement : "Avec les voitures, au contrôle technique il rentre dans votre voiture. Comment comptent-ils faire avec les moto ? Parce que moi je ne connais aucun motard qui laisserait qui que ce soit rouler avec sa machine, même pas 5 mètres".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK