60eme anniversaire de la première expédition belge en Antarctique: rencontre avec deux membres de l'équipage

Le 2 avril, cela fera exactement 60 ans que la première expédition belge en Antarctique rentrait au pays. Une aventure de 15 mois par des températures extrêmes s'achevait alors pour les 17 membres d'équipage emmenés par Gaston de Gerlache. Quand l'équipe, responsable d'installer le camp de base, a débarqué sur le continent en 1957, aucun être humain n'y avait encore posé le pied, auparavant.

Georges Vandepoel et  Jacques Giot faisaient partie du voyage. Pour eux, c'était alors le début d'une grande aventure. " Voir de loin cet immense continent sur lequel nous devions débarquer était déjà impressionnant. Nous nous demandions comment nous serions capables de grimper au-dessus." se souvient Georges.

Pendant plus d'un an, l'expédition a alors vécu en totale autarcie dans une dizaine de mètres carrés. Une promiscuité qui aurait pu donc rendre la vie en groupe, compliquée à gérer. Cela n'a pourtant pas été le cas. D'après l'un de nos deux participants à cette expédition, la difficulté principale était l'éloignement des membres de sa famille pendant une durée si longue. "Le plus dur était le manque de contacts avec nos proches. Après 6 mois, nous avons pu les joindre par téléphone. Mais, la ligne était tellement mauvaise, que cela nous a découragé d'encore téléphoner.

Autre difficulté endurée par les membres de l'expédition: les conditions météorologiques parfois extrêmes, propres à l'Antarctique. Le thermomètre est, ainsi, descendu jusqu'à -50 degrés et le blizzard pouvait souffler pendant plusieurs jours de suite. " Pendant 6 jours, nous avons été confrontés à du blizzard et du vent atteignant 200 km/h sous une tente. Le vent soufflait tellement fort que nous vivions ligotés au toit de la tente pour la maintenir au sol." se rappelle Jacques.

Une aventure qui aura laissé des traces 

L'expédition a permis de cartographier une région encore inconnue de l'Antarctique. Et aujourd'hui, dans certains atlas, plusieurs montagnes ou glaciers portent le nom d'explorateurs belges. C'est le cas du glacier Giot. "Ce territoire n'avait jamais été foulé par quelqu'un d'autre. Avec Ezra Edgard Picciotto, j'étais le premier homme à avoir été là." déclare Jacques. 

Au total, trois expéditions belges se succèdèrent sur la base Roi Baudouin. Celles-ci permirent de réaliser une avancée majeure dans la compréhension de l'histoire de notre planète, et celle des différentes aires glacières. 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK