5 millions de voitures en Belgique: combien de temps le thermique et l'électrique devront-ils cohabiter?

La France envisage de ne plus vendre de voitures essence ou diesel en 2040. La Wallonie pense sortir du diesel en 2030. Mais les alternatives sont-elles crédibles ?

Pour Florent Grelier, Clean vehicles engineer chez Transport & Environnement, la voiture électrique est une possibilité et une nécessité. " Le marché de l’électrique est en train de grandir. Il y a l’alternative de l’hybridation comme technologie de transition. Mais il faut surtout prendre en compte la mobilité en général. Dans les villes, il faut aller vers une mobilité intelligente et partagée, donc réduire le nombre de voitures, des voitures électrifiées permettant de réduire la pollution. "

La voiture électrique pollue plus en Belgique qu’en Norvège

Mais remplacer toutes les voitures thermiques par des voitures électriques, Philippe Casse n’y croit pas. Co-fondateur de d’Ieteren et historien de l’automobile, il explique qu’il n’y a pas assez de bornes de recharge et que tout dépend de la manière dont on produit l’électricité. " En Belgique, quand on fait le plein d’électricité d’une voiture, on produit dans les centrales 10 fois plus de CO2 qu’une voiture qui ferait son plein en Norvège. En Europe, il n’y a qu’en Norvège, en France et en Suisse que le plein d’électricité d’une voiture électrique produit moins de CO2 qu’une voiture diesel au moteur comparable.

Et puis, en Belgique, les deux tiers des voitures couchent à la rue. Elles n’ont pas accès à une borne de recharge. L’Europe en a demandé 21.000 à la Belgique sur la voie publique. Elles ne sont pas encore installées. Commet vont faire ces voitures pour faire le plein ?  "

Pour Florent Grelier, les différents pays européens doivent décarboner progressivement leurs sources d’électricité. Les voitures électriques belges devraient donc moins polluer à l’avenir. Mais il affirme qu’une voiture électrique de 2015, sur son cycle de vie, émet 25 % de CO2 de moins qu’une voiture diesel de 2015. Pour Philippe Casse, il faut comparer ce qui est comparable. " Une voiture aujourd’hui consomme deux fois moins qu’il y a cinquante ans. Et il n’y pas que les voitures… Les avions low cost consomment 5 litres aux cent par siège, qu’il ait une paire de fesses dessus ou pas alors que le carburant brûlé en altitude multiplie par trois la pollution par rapport au carburant brûlé au sol. "

Mais que vont devenir les 5 millions de voitures en Belgique ? Pour Florent Grelier, il faut d’abord penser à baisser leur nombre tandis que, pour Philippe Casse, le remplacement à 100% du parc automobile est une absurdité, même avec une autonomie de 800 km pour les voitures. Il se dit fan des voitures électriques. Mais quand leur usage est possible….

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK