39 morts à bord d'un camion en Angleterre : la justice confirme l'extradition vers la Belgique d'un organisateur présumé

Au Royaume-Uni, quatre hommes ont été condamnés mi-janvier à des peines allant de 13 à 27 ans de prison pour cette affaire.
Au Royaume-Uni, quatre hommes ont été condamnés mi-janvier à des peines allant de 13 à 27 ans de prison pour cette affaire. - © AFP

La justice britannique a rejeté jeudi l'appel d'un adolescent vietnamien accusé d'être un organisateur clef de l'opération qui a conduit à la mort de 39 migrants de la même nationalité dans un camion en Angleterre, confirmant ainsi son extradition vers la Belgique. L'homme risque 20 ans de prison en Belgique -où il hébergeait en secret des migrants clandestins- pour appartenance à une organisation criminelle, trafic d'êtres humains et usage de faux documents.

L'adolescent avait fui la Belgique pour le Royaume-Uni au lendemain de la découverte en octobre 2019 des cadavres de 39 hommes, femmes et enfants vietnamiens dans la remorque d'un camion frigorifique dans le Sud de l'Angleterre.

Parmi ces victimes, dix avaient séjourné dans une maison à Anderlecht, avant de se cacher à bord de la remorque, qui a ensuite embarqué au port de Zeebruges pour rejoindre le Royaume-Uni.

16 ans au moment des faits

Le jeune homme de 18 ans, 16 ans au moment des faits, avait fait appel de la décision d'extradition, son avocat arguant le manque de détails des charges retenues contre lui. Mais le juge Mark Jabbitt a rejeté jeudi sa demande. Lors de l'audience, le procureur Daniel Sternberg a accusé l'homme d'avoir "abusé" de "la position vulnérable" dans laquelle se trouvaient des personnes prêtes à tout pour parvenir illégalement en Angleterre.

"L'attitude criminelle de N. consistait à gagner de l'argent sans tenir compte de l'impact physique et psychologique sur les victimes", a-t-il déclaré, expliquant que les migrants qui se cachaient chez lui avaient "l'interdiction de partir et étaient obligés de garder le silence pendant leur séjour".

Il a ajouté que l'adolescent avait aussi organisé la prise en charge des migrants vietnamiens en taxis, pour les emmener plus près de la frontière franco-belge avant qu'ils n'embarquent dans le camion à destination du Royaume-Uni.

L'affaire du camion charnier a jeté une lumière crue au Royaume-Uni sur des filières d'immigration clandestine qui prospèrent sur l'espoir de candidats à l'exil prêts à prendre tous les risques et à débourser des sommes faramineuses. Nombre des victimes de ce drame étaient originaires d'une région pauvre du centre du Vietnam, où les familles s'endettent pour envoyer l'un des leurs à l'étranger.

Au Royaume-Uni, quatre hommes ont été condamnés mi-janvier à des peines allant de 13 à 27 ans de prison pour cette affaire.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK