30% des Grecs vivent désormais sans couverture sociale

Manifestations du personnel du système de santé publique devant le ministère de la Santé à Athènes le 29 novembre 2013
Manifestations du personnel du système de santé publique devant le ministère de la Santé à Athènes le 29 novembre 2013 - © Louisa Gouliamaki

L'organisation Médecins du monde s'est alarmée lundi de la situation des personnes sans couverture sociale en Grèce, qu'elle évalue à 27,7% de la population, soit plus de 3 millions de personnes, avec des conséquences particulières sur les enfants et les femmes enceintes.

"Nous sommes très inquiets du nombre des gens qui ont perdu leur sécurité sociale en Grèce" en raison de l'explosion du chômage et de la récession, ce qui a notamment "de graves conséquences pour la santé des enfants et des femmes enceintes", a indiqué Anna Maïli, présidente de la section grecque de Médecins du monde (MdM) lors d'une conférence de presse.

Selon des données des services de santé publique, "trois millions de personnes, sans prendre en compte les sans-papiers, n'ont pas accès à la santé publique", a relevé Mme Maïli.

La vaccination des enfants défaillante

Elle a souligné que "la vaccination des enfants (était) insuffisante ou parfois inexistante" pour les familles sans couverture sociale.

"Nous rencontrons tous les jours des enfants âgés de deux ou trois ans qui n'ont pas été vaccinés", et au cours des neuf derniers mois, MdM a examiné "10 633 enfants dont plus de la moitié (6580) ont dû être vaccinés", a-t-elle poursuivi.

Sans couverture sociale, le coût de vaccination d'un enfant jusqu'à l'âge de 6 ans s'établit entre 1400 et 1800 euros, selon MdM.

En raison des coupes dans le secteur public et les services sanitaires, "il n'y a aucune aide prévue pour les enfants des familles sans sécurité sociale, et les femmes sans protection sociale doivent payer pour les examens et l'accouchement", note Mme Maïli.

"Entre 2008 et 2011, le nombre d'embryons nés morts a augmenté de 21%, ce qui est le résultat de la récession et du taux de chômage", a-t-elle affirmé, en soulignant qu'outre "la crise humanitaire en Grèce, il y a maintenant une bombe sanitaire".

Soumise à une austérité stricte par ses créanciers, UE et FMI, en échange des prêts internationaux destinés à lui éviter la faillite, la Grèce est plongée dans la récession pour la sixième année consécutive, le chômage ayant explosé à plus de 27%, le taux le plus élevé dans la zone euro.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK