24.000 km/s autour d'un trou noir, découverte de l’étoile la plus rapide jamais observée

L’étoile la plus rapide jamais observée se déplace à la vitesse impressionnante de 24.000 km/s. Des scientifiques ont découvert qu’autour du "trou noir supermassif", qui se trouve au centre de notre galaxie, des étoiles en orbite se déplaçaient à grande vitesse. Une découverte qui permet par ailleurs aux chercheurs de mettre à l’épreuve la théorie de la relativité d’Einstein.

Dans une nouvelle étude publiée ce 11 août 2020, des scientifiques indiquent qu’ils viennent de découvrir les objets les plus extrêmes qui soient : les étoiles les plus rapides qui se rapprochent le plus du bord d’un trou noir supermassif.

En effet, cette étude menée par des chercheurs de l’université de Cologne en Allemagne fait état de leurs observations sur une population d’étoiles que les astronomes appelées "étoiles S". Ces étoiles se déplacent sur les orbites de Sagittarius A* (Sgr A*), le trou noir supermassif qui se trouve au centre de la Voie lactée, notre galaxie à une vitesse encore jamais observée.

8% de la vitesse de la lumière

Certaines de ces étoiles gravitent d’ailleurs tellement près de Sgr A* qu’elles sont difficiles à détecter. Mais grâce à la puissance du "Very Large Telescope" (VLT), les scientifiques ont réussi à en distinguer cinq nouvelles.

L’une d’entre elles, baptisée S4714, tourne autour du trou noir à une vitesse approchant 8% de la vitesse de la lumière. Cette vitesse correspond à environ 24.000 km/s. Une vélocité qui lui permettrait de faire un tour complet de notre Terre en seulement 1,5 seconde, indique le site d’informations scientifiques Futura.

Parmi les autres observations de l’équipe allemande sur l’étoile S4714, ils ont également noté qu’elle se rapproche du  "trou noir supermassif" (elle se situe actuellement à seulement 1,9 milliard de kilomètres de celui-ci).

D’où viennent ces étoiles S ?

2 images
Illustration conceptuelle de l’ELT (Extremely Large Telescope), le très grand télescope européen au Chili. © Getty Images/Luxy

Selon Futura Sciences, les astronomes pensent que les étoiles S pourraient résulter de la dislocation de systèmes binaires. Lorsqu’il perturbe une paire d’étoiles, le trou noir supermassif au centre de la Voie lactée pourrait éjecter une étoile dans l’espace et capturer l’autre sur une orbite rapprochée.

Les prévisions des scientifiques indiquent en outre qu’un grand nombre d’étoiles, même plus faibles, devraient s’approcher encore plus près de notre trou noir central, ce que les nouvelles générations de télescopes pourraient révéler, indique le site de Forbes.

Ces étoiles S sont aussi observées de près car elles permettent de mettre à l’épreuve la théorie de la relativité d’Einstein.

Les télescopes de nouvelle génération attendus de pied ferme

Le site en ligne américain indique par ailleurs qu’au cours de la prochaine décennie, grâce à l’observation de ces étoiles S, les astronomes seront en mesure d’éprouver la théorie de la gravité comme jamais auparavant. Si la théorie d’Einstein ne correspond pas aux observations des scientifiques, ce pourrait même être "le début de la plus grande révolution scientifique que la physique ait jamais connue".

Les astronomes attendent désormais avec impatience l’arrivée de cette nouvelle génération de télescopes, dont "l’Extremely Large Telescope" (ELT) qui devrait être mis en service au Chili en 2025. Plus puissant que tous les autres, il devrait aider à débusquer d’autres étoiles S et à intensifier les recherches.

Vidéo explicative de la découverte de l’étoile S4714 en anglais (Source : Youtube)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK