Attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles: la vie des secouristes, 2 ans après

Deux ans, c'est le temps qui s'est écoulé depuis les attentats de Bruxelles. Pour la Belgique, ce 22 mars 2016 a sans aucun doute laissé des traces indélébiles dans la tête de centaines de secouristes.  

Au SIAMU, le service d'incendie de la Région Bruxelles-Capitale, les pompiers ne peuvent s'empêcher de penser à ce triste anniversaire. Luc, Bernard et Ludovic ont accepté de nous détailler leur ressenti. Entre l'oubli et la peur que cela se reproduise, ces trois hommes du feu expérimentés ont appris à vivre avec le souvenir de ces attentats.

"Les images partent, l'odeur reste", nous explique Luc Thys, un caporal qui est intervenu en première ligne dans le métro de Maelbeek.

Si certains ont tourné la page, d'autres pompiers ont encore aujourd'hui des séquelles psychologiques. "J'ai des collègues qui souffrent toujours énormément", confie Bernard De Moor, caporal au SIAMU de Bruxelles.

Jeudi, la journée du 22 mars aura certainement un goût amer pour ces secouristes, qui continuent à se préparer quotidiennement au cas où un nouvel attentat devait avoir lieu sur notre territoire.