18 millions d’euros pour mieux surveiller les routes et autoroutes wallonnes

18 millions d'euros pour mieux surveiller les routes et autoroutes wallonnes
18 millions d'euros pour mieux surveiller les routes et autoroutes wallonnes - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Nous vous en parlions il y a près de trois semaines, de nouvelles caméras sont actuellement placées sur les autoroutes wallonnes afin de développer de nouveaux services aux usagers.

Elles permettent notamment de détecter la plaque d’immatriculation d’un véhicule, d’offrir une vue globale du trafic ou de calculer la vitesse des véhicules et d’en déterminer le gabarit. Mais en aucun cas, elles n’ont pour objectif de verbaliser.

Ce dispositif sert par contre au comptage des véhicules qui empruntent le réseau autoroutier et au calcul de leurs temps de parcours en fonction de leur gabarit. Ce qui permet au PEREX de mieux informer les usagers en temps réels concernant l’état du trafic, que ce soit via l’infrastructure (panneaux à messages variables le long du réseau) ou encore à l’intérieur des véhicules eux-mêmes (via Smartphone ou écran des véhicules).

Une centaine de points fixes sur les routes et autoroutes

Quelque 100 points fixes – une potence placée à côté de la bande d’arrêt d’urgence – seront placés dans les deux années à venir sur les (auto) routes wallonnes.

Leur installation a débuté en mars dernier sur l’autoroute E42/A16 à hauteur d’Hautrage (2 points par site), puis sur l’E411/A4 à hauteur de Perwez. Les prochains sites autoroutiers seront équipés d’ici la fin du mois de juillet avant que ne vienne le tour des nationales.

Parallèlement, depuis février dernier, une trentaine de dispositifs mobiles placés sur les ponts surplombant les autoroutes voyagent sur le réseau. Ils sont déplacés environ tous les deux jours pour compléter les données des postes fixes.

Le budget total de l’opération s’élève à 18 millions d’euros, selon la Sofico, la société wallonne chargée de la gestion des autoroutes wallonnes.

Journal télévisé 26/04/2019