125 métiers en pénurie en Wallonie : le jeu en vaut-il la chandelle, si je me forme, trouverais-je un emploi ?

125 métiers en pénurie en Wallonie : le jeu en vaut-il la chandelle, trouverais-je un emploi ?
125 métiers en pénurie en Wallonie : le jeu en vaut-il la chandelle, trouverais-je un emploi ? - © Tous droits réservés

Comme chaque année, la liste des fonctions critiques et des métiers en pénurie en Wallonie a été mise en ligne sur le site du Forem. Une liste qui comprend cette fois 125 métiers : 50 fonctions critiques et 75 métiers en pénurie.

La liste des fonctions critiques comprend cette année des métiers comme aide ménager, technicien de surface, agent de gardiennage, serveur en restauration, web développeur, directeur de grande surface, agent immobilier, jardinier, charpentier, peintre en bâtiment, magasinier ou encore boucher.

Parmi les métiers en pénurie, figurent notamment les professions de comptable, cuisinier, analyste financier, maçon, plafonneur, carreleur, chauffeur de poids lourd, soudeur, carrossier, boulanger, pâtissier ou encore menuisier.

Extrait de notre 19h30 de ce jeudi 25 juin

80% de chance de trouver un job, dit le Forem

Actuellement, le Forem propose plus de 270 formations métiers, dont la moitié (138) est dédiée aux métiers en pénuries. Ces formations couvrent près de 90% des fonctions critiques.

Se former à ses métiers critiques ou en pénurie débouche-t-il toujours sur un emploi ?

Le suivi de ces formations s’avère souvent fructueux selon les chiffres communiqués par le Forem : "En moyenne, huit personnes sur 10 s’insèrent dans l’année après avoir suivi l’une de ces formations. En 2019, 10.200 demandeurs d’emploi ont été formés à une fonction critique ou à un métier en pénurie, soit 10% de plus qu’en 2018".

L’IFAPME a pour mission de proposer des formations à des métiers dans une multitude de secteurs professionnels

Joyce, vient de suivre une formation de maçon. Pour lui, "les employeurs demandent de l’expérience et ici avec ma formation, j’ai réussi à me faire un peu d’expérience et l’employeur ne doit pas me reformer dès le début".

Ces formations sont organisées sur base du principe de l’alternance : des cours en Centre et une formation pratique en entreprise. Les formations sont dispensées dans les 16 implantations des Centres du réseau à travers la Wallonie.

Mais le succès n’est pas toujours au rendez-vous, comme l’explique Ludovic qui a suivi une formation en logistique : "Je cherche un travail de façon active, mais à ce jour, je n’ai pas encore trouvé de boulot dans ce secteur pourtant en pénurie".

On peut pointer comme critères d’échecs : le manque de formation de base, les exigences patronales ou celles des stagiaires.

Les qualités essentielles de la réussite restent quant à elles, l’expérience, la motivation et la faculté d’apprentissage. L’apprentissage en alternance reste une bonne solution pour conquérir sa place sur le marché du travail.

Archives : Journal télévisé du 05/09/2019