11-septembre: la théorie du complot fait toujours recette

Dix-sept ans après, les complotistes militent toujours pour la réouverture du dossier du 11 septembre.
Dix-sept ans après, les complotistes militent toujours pour la réouverture du dossier du 11 septembre. - © SETH MCALLISTER - AFP

Lorsque les tours jumelles du World Trade Center se sont effondrées le 11 septembre 2001, le complotisme n’en était pas à ses débuts. Les sceptiques avaient déjà remis en cause les versions officielles de l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy ou des premiers pas de l'Homme sur la Lune. Pourtant, c'est bien le dossier du 11 septembre qui reviennent le plus souvent dans la sphère complotiste, dix-sept ans après, à tel point que l'un est indissociable de l'autre. "La théorie du complot fait presque partie aujourd’hui de l’Histoire des attentats du 11 septembre", explique Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, l'Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot, dans un entretien avec France Culture.

Au fil des années, plusieurs personnalités, comme l’acteur-réalisateur français Mathieu Kassovitz ou l’écrivain Thierry Meyssan, ont relayé leurs théories autour de ce qui s’est véritablement passé à New York. La montée en puissance d’Internet, qui balbutiait encore en 2001, n’a fait qu’amplifier le phénomène. De plus, les attentats, qui ont marqué l'avènement de l’ère du terrorisme mondialisé ont eu de grandes conséquences géopolitiques : la recherche d’Oussama Ben Laden, la guerre en Irak, autant d’événements qui permettent apparemment à certains de se poser des questions.

Des "preuves" faciles à réfuter

Pourtant, malgré les recherches, Conspiracy Watch est formel : "On n’a pas une seule preuve du moindre complot interne américain pour les attentats du 11 septembre", insiste Rudy Reichstadt. D'après l'Observatoire, la responsabilité d’Al Qaida est corroborée par beaucoup d’éléments matériels et de témoignages.

En 2011, à l’occasion des dix ans des attentats, le site Hoaxbuster, spécialisé dans la vérification des rumeurs, faisait le tour des théories les plus populaires, comme l’idée que la démolition des tours a été contrôlée et programmée à distance. Après tout, les vidéos montrent que les tours se sont effondrées très rapidement et de manière verticale. Réponse de Hoaxbuster : "Les tours ne se sont pas effondrées à la vitesse de la chute libre, mais 30% plus lentement et la chute verticale est simplement due à la gravité." Le site ajoute qu’aucune trace de TNT ou d’un autre explosif n’a été retrouvée dans les ruines du World Trade Center.

Ces fausses théories parasitent la divulgation de réelles manipulations

Alors si la théorie est aussi facile à démonter, comment expliquer l’adhésion aux thèses complotistes ? Tout réside, selon Rudy Reichstadt, dans l’obstination à contredire la fameuse "version officielle". "Quand on parle de version officielle, on fait deux choses, précise-t-il. On explique que les faits tels qu’ils se sont déroulés ne sont qu’une opinion, qui peut être débattue. Ensuite, le fait de les qualifier d’officiels, c’est une manière de dire qu’ils sont mensongers." Car face au citoyen, l’Etat est forcément manipulateur, surtout lorsqu’il s’agit de Etats-Unis. "Il y a un principe de causalité diabolique. Le mal a une adresse, c’est Washington, note Rudy Reichstadt. Les États-Unis, les Américains ne peuvent pas être victimes."

Avoir des doutes, ça n’a rien de contestable

En s’obstinant à défendre une théorie facilement démontable, les complotistes sont souvent la risée du Web, mais sont également un vrai frein à la recherche de la vérité, regrette Hoaxbuster : "Ces fausses théories viennent parasiter la divulgation de réels dysfonctionnements et manipulations." Par exemple, la malfaçon des tours, la mauvaise communication entre les pompiers et la police ou encore la pression du gouvernement sur l’EPA, l’agence américaine pour l’environnement, pour masquer la toxicité des poussières.

L’idée n’est donc pas de fermer les yeux et de se laisser convaincre sans broncher, rappelle Rudy Reichstadt : "avoir des doutes, ça n’a rien de contestable ni de criminel." Mais à l’heure des "fake news", les débats autour du 11 septembre rappellent à quel point il est difficile de rétablir un semblant de vérité lorsque la théorie du complot s’est enracinée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK