11 millions de logements vides en Europe: le grand scandale

Selon The Guardian, ces 11 millions de maisons et appartements vides suffiraient largement à loger tous les sans-abris de l’Union européenne.
Selon The Guardian, ces 11 millions de maisons et appartements vides suffiraient largement à loger tous les sans-abris de l’Union européenne. - © Bert Kaufmann

C’est le journal britannique The Guardian qui publie ces chiffres qu’il a patiemment collectés dans toute l’Europe. Les organisations de défense des sans-logis évoquent un "gaspillage choquant".

Selon les chiffres collectés par The Guardian, ces 11 millions de maisons et appartements vides suffiraient largement à loger tous les sans-abris de l’Union européenne. La liste des logements inoccupés est impressionnante: plus de 3,4 millions de logements en Espagne, 2 millions en France, autant en Italie, 1,8 million en Allemagne et plus de 700 000 au Royaume-Uni. Et il en va ainsi dans tous les pays de l’Union, Les chiffres pour la Belgique ne sont pas précisés. L’une des causes évoquées est la crise financière de 2007-2008 qui a suivi le boom immobilier. Bien sûr, les logements vacants ne sont pas tous habitables en l'état, mais leur nombre est certainement suffisant pour accueillir les 4,1 millions de Sans-logis.

David Ireland, directeur de l’organisation caritative britannique Empty Homes évoque une situation "incroyable par son ampleur et choquante pour les sans-abri."

Le mois dernier, le Parlement européen a demandé à la Commission de développer une stratégie de logement urgente. La résolution avait alors été votée par 349 voix contre 45.

L’une des causes de cette situation serait liée à la spéculation de riches investisseurs qui ont racheté les biens à vil prix au pire de la crise de l’immobilier dans l’espoir d’une rapide plus-value.

Même les quartiers riches sont frappés

Le quotidien The Guardian a lui-même constaté qu’un tiers des demeures situées dans les quartiers les plus huppés de Londres sont vides. Certains tombent même en ruines après avoir été abandonnés durant 25 ans.

En Espagne, le gouvernement estime que 500 000 chantiers de constructions d’habitation ont été arrêtés. Dans certains lotissements de vacances (près des côtes) plus d’un tiers des immeubles sont entièrement vides. Et lorsqu’ils sont vendus, c’est à la moitié du prix pratiqué en 2008. En France, les derniers chiffres de l’Insee  évoque 2.4 millions de maisons vides en 2012, contre deux millions en 2009.

Logements inoccupés en Belgique : la grande inconnue

En Belgique, les chiffres sur l’inoccupation des logements s’obtiennent avec peine. Le cas de Bruxelles en est l’illustration.

Depuis 2012, la Région tente d’établir des statistiques d’inoccupation basées sur les données des compteurs d’eau et d’électricité, mais à ce jour, seules 9 des 19 communes fournissent réellement ces données.

La Cellule Logements Inoccupés de la Région bruxelloise peut toutefois effectuer une estimation pour le logement privé. Selon le nombre de compteurs d’électricité non utilisés 48 000 logements ne seraient pas habités sur un parc bruxellois total de 300 000 adresses.

Les seuls chiffres fiables concernent les logements sociaux. Selon les chiffres fournis par Céline Fremault, ministre pour le Logement, le nombre de logements sociaux inoccupés est passé, en près de 10 ans -entre 2004 et 2013- de 1821 à 3113 (sur un parc de 39 250 logements.)

En Wallonie, la compétence étant communale, il ne semble pas exister de statistique régionale.

En Flandre, les chiffres étaient de 14 715 logements mis à l’inventaire des biens inoccupés en 2003. Ils n’étaient plus que 10 000 en 2010. Ce qui ferait de la Belgique un bon élève parmi les Européens. Tous les chiffres sont cependant à prendre avec énormément de précautions.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK